Djimon Oré sous pluie battante à Morétan pour mobiliser les populations de l’Est-Mono 1 août 2017

378

Djimon Oré sous pluie battante à Morétan pour mobiliser les populations de l’Est-Mono                                                                             1 août 2017
Djimon Oré, dimanche dernier à Morétan

Par Rodrigue Ahégo, depuis Morétan, togo-online.co.uk
Entamé le 29 juillet 2017, la tournée d’échange, d’information et de mobilisation organisée par le parti politique de l’opposition togolaise, Front des Patriotes pour la Démocratie (FPD), était dimanche dernier à Morétan, ultime étape où Djimon Oré, président du Comité Directeur National dudit parti a apporté un soutien fort aux populations de ladite localité qui subissent les frasques du préfet Colonel Kouma Biténéwé parachuté à la tête de la préfecture de l’Est-Mono en début d’année 2016. Des sujets d’actualité notamment politique, économique et social ont été abordé par l’élu de la circonscription électorale de l’Est-Mono pour permettre aux populations de comprendre et maitriser les contours de l’endettement du pays, le bradage sans vergogne des biens et ressources du pays notamment le Port Autonome de Lomé (PAL), la nouvelle aérogare de Lomé, les ressources minières, fer, clinker, phosphate… par Faure Gnassingbé et sa minorité.

Selon Djimon Oré, au lieu de se servir des fonds générés par l’exploitation de ces ressources pour construire le pays et mettre en place de structures idoines pour assurer le mieux-être aux populations togolaises, Faure Gnassingbé et sa minorité détournent ces fonds pour protéger et alimenter les multinationales, alimenter leurs propre comptes offshore dans les paradis fiscaux, corrompre les acteurs et une infime partie pour payer les fonctionnaires de l’administration publique.

Cette gestion catastrophique conduit à la faillite des sociétés et institutions bancaires de l’Etat notamment la SNPT, l’UTB, la BTCI, TOGOTELECOM… Ce qui pousse ces pilleurs à faire des prêts de plusieurs centaines de milliards que nos pauvres populations vont consacrer des trentaines d’années à rembourser.

Cette situation est alarmante et enfonce de plus en plus le peuple togolais, du moins la majorité dans la misère et la pauvreté.

Sur le plan politique, Djimon Oré parle des efforts improductifs des ainés notamment Edem Kodjo, Agboyibor, Gnininvi, Gilchrist Olympio, Jean-Pierre Fabre, Maitre Dodji Apévon… D’où la grande question « que faire ? ».

« Je voudrais vous dire, toi mon frère, toi ma sœur, quelque soit ton appartenance ethnique, vous ne trouverai pas la paix, la vraie paix, tant que les Gnassingbé seront au pouvoir ; tant que le système Gnassingbé né disparait pas, ta misère va se poursuivre. Soies-en rassurés », répond-t-il.

S’inscrivant dans la droite ligne de l’émergence de nouvelles têtes pour conduire, poursuivre et achever la lutte, le FPD et son président national Djimon Oré appelle le peuple togolais à se mobiliser pour défendre la mise en place d’une transition politique consensuelle à travers laquelle une constituante sera mise en place pour poser les bases d’une vraie démocratie et ouvrir le pays sur une cinquième République. Au cas échéant, les forces vives doivent se mobiliser pour renvoyer le clan Gnassingbé du pouvoir.

Dans son intervention, LOKO Kokou Jacques, Coordonateur de l’Est-Mono au niveau du Comité Directeur National du FPD a fait part à la délégation, des doléances des populations de l’Est-Mono dont la principale est le débarquement du Colonel Kouma Biténéwé de la tête de la préfecture de l’Est-Mono.

Les populations dénoncent les déclarations et comportements dégradants du colonel préfet à leur endroit, faits qui ne laissent aucune chance à la stabilité et la cohésion sociale de l’Est-Mono.

En réponse à ce cri de cœur des populations de l’Est-Mono, Djimon Oré affiche son indignation face à la nomination de militaires à la tête des préfectures pour dominer et martyriser les populations. Il lance un appel à Faure Gnassingbé de reconsidérer sa position en nommant un civile à la tête de la préfecture de l’Est-Mono et au niveau des préfectures qui sont aussi concernées. Djimon Oré exige aussi le départ du Major Kouloum N’ma Bilizim de la préfecture de l’Ogou.

Sous pluie battante, l’homme politique a maintenu sa détermination, démontrant ainsi à la population de Morétan, sa disponibilité et son engagement qui ne peuvent être ni écourtés ni empêchés par des intempéries.

Togo-Online.co.uk

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here