Discours du président fondateur et président national du MPL à la cloture de son congrès constitutif

114

DISCOURS DU PRESIDENT FONDATEUR ET PRESIDENT NATIONAL DU MOUVEMENT DU PEUPLE POUR LA LIBERTE (ABLODEVIWO)
A LA CLOTURE DE SON CONGRES CONSTITUTIF

Par les ABLODEVIWO

Lomé le 9 février 2018

Très chers militants du MPL(ABLODEVIWO) qui avez l’insigne honneur de participer à son congrès constitutif et historique,

Très chers militants représentés à ce congrès par vos délégués,
Très chers futurs militants,
Très chers sympathisants et bienfaiteurs du MPL(ABLODEVIWO),
Très chers et honorables invités, venus de loin ou de plus près,

Avant d’entrer dans le vif du sujet, le devoir de mémoire et de reconnaissance nous commande de commencer par renouveler ici avec vénération nos hommages à tous « les martyrs de la démocratie togolaise », depuis Sylvanus Olympio, Père de l’indépendance togolaise, Père des ABLODEVIWO, « Premier Martyr de la démocratie togolaise », en passant par notre oncle Omer Adoté, à qui l’historien Tété Godwin a consacré une bibliographie bouleversante sous le titre « Omer Adoté, un martyr politique du Togo », jusqu’aux centaines de « jeunes martyrs de la Démocratie Togolaise », victimes des massacres d’avril 2005 et de la répression sanglante du soulèvement populaire en cours depuis le 19 août 2017, avec une attention particulière à notre camarade Eric Koumako, « premier militant des ABLODEVIWO martyr de la démocratie togolaise ». Plus encore que des hommages verbaux, ce devoir de mémoire et de reconnaissance nous commande aussi d’ériger à la mémoire de tous « les martyrs de la démocratie togolaise » dès que possible « le mausolée des martyrs de la démocratie togolaise », pour que la flamme qui y brûlera perpétuellement soit à l’image de celle de la mémoire de leur sacrifice qui brûle à jamais dans les cœurs de tous les démocrates togolais éternellement reconnaissants. En attendant l’érection de ce mausolée, je vous prie de vous lever pour observer une minute de silence à leur mémoire.

Comme vous le savez bien, un proverbe bien connu de chez nous nous enseigne que « si tu ne sais pas où tu vas, saches au moins d’où tu viens », « yé wo mou nya afike wo le yi woa, nya afike wo soa » . En effet, le « lieu d’où nous venons », le lieu d’ou vient tout togolais, ce n’est pas la région, la ville ou le village d’origine de nos parents ou de nous aïeux, ce n’est pas Lomé, ce n’est pas Kara, ce n’est pas Aného, ce n’est pas c’est Dapaong, ce n’est pas Kpalimé, ce n’est pas Sokodé, ce n’est pas Atakpamé, ce n’est pas Bassar, c’est plutôt ABLODE, c’est le mouvement ABLODE, c’est l’idéal ABLODE. Quelque soient leurs origines géographiques, quelque soient leurs pratiques religieuses, quelque soient leur sensibilité religieuse, tous les togolais d’aujourd’hui sont « les Enfants de ABLODE », « les Enfants de la LIBERTE », « les Enfants de l’INDEPENDANCE », « les Enfants de la SOUVERAINETE », bref « les ABLODEVIWO », qui signifie également « le peuple de la liberté », tout comme l’expression éwé « Ewéviwo » signifie « le peuple éwé ».

Les buts de ABLODE ne consistent pas seulement à se libérer des chaînes de l’esclavage et du colonialisme, et à retrouver sa dignité et sa fierté, mais aussi et surtout à mettre la liberté, la dignité et la fierté au service de la prospérité nationale à cultiver, pour apporter la contribution du Togo et de chaque togolais, non seulement à l’édification d’une Afrique forte et prospère, mais aussi à l’édification de la civilisation universelle, au développement harmonieux et équitable des mécanismes et des échanges de la mondialisation, à l’enrichissement de ces mécanismes et de ces échanges, non seulement par les produits marchands fruits du travail des togolais, mais aussi par les valeurs morales, culturelles et spirituelles des togolais, en étant soutenus par la mission exaltante de « Aimer, servir, se dépasser, faire encore de toi sans nous lasser, Togo chéri, l’or de l’humanité ».

C’est pourquoi, pour honorer la sagesse proverbiale de chez nous qui nous enseigne que « c’est sur le modèle de l’ancienne corde que l’on tisse la nouvelle », « ka xoxo toa nou ye o gbui na yéyéa do » , pour honorer les exhortation du Président John Kennedy : « Nous avons besoin d’hommes qui sachent rêver à des choses inédites », « Le meilleur temps pour réparer sa toiture, c’est lorsque le soleil brille », « à vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes », « Quand il est dur d’avancer, ce sont les durs qui avancent » , pour répondre à notre « appel du 12 juillet 2015 au peuple togolais », en écho à « l’appel du 18 juin 1940 au peuple français » par le général Charles de Gaulle, nous, hommes et femmes sachant rêver à des choses inédites, sommes rassemblés en ce lieu pour créer officiellement le nouveau parti politique togolais dénommé « Mouvement du Peuple pour la Liberté (ABLODEVIWO) », en abrégé « MPL(ABLODEVIWO) ».

L’ambition du MPL(ABLODEVIWO) est : « nous agirons, les peuples resteront bouche bée », « mi la wo nou, doukowo la so alo do nou »

L’emblème du MPL(ABLODEVIWO) est « le flambeau de la liberté » qui a permis au Togo de conquérir son indépendance, et que nous voulons reprendre et porter haut jusqu’à permettre au Togo de conquérir « la liberté totale », le fameux « ABLODE GBADJA », pour que l’histoire retienne que « le Père de l’indépendance l’a rêvé, ses héritiers spirituels les ABLODEVIWO l’ont réalisé ».

La couleur du MPL(ABLODEVIWO) est le GRIS CENDRE symbolisant les cendres des flambeaux de la liberté portées par les militants du MPL (ABLODEVIWO), et pouvant rendre fertiles les champs de tous les togolais quelque soit leurs activités professionnelles.

La devise du MPL(ABLODEVIWO) est : organisation, serviabilité, convivialité.

C’est cette devise qui doit faire retentir dans le cœur de tout militant du MPL(ABLODEVIWO) un nouveau rythme de tamtam sur lequel il est invité à adapter son comportement et ses actes, conformément à l’enseignement de la sagesse proverbiale de chez nous exhortant ainsi « c’est sur le rythme qui est en train de retentir qu’il faut adapter son pas de danse », « ehoun ke le dia ye ba fo wo dena ».

Pour honorer l’exigence d’organisation de notre devise, chaque militant du MPL (ABLODEVIWO) doit donc cultiver au plus haut point le « sens de l’organisation », avec les mêmes exigences de professionnalisme, de rationalité, d’efficacité, et de rigueur que dans une grande entreprise performante, et avec les mêmes exigences d’ordre, de discipline, de loyauté et de combativité que dans une armée exemplaire, à l’exemple du parti du Black Power et du parti des Black Panthers.

Pour honorer l’exigence de serviabilité de notre devise, chaque militant du MPL(ABLODEVIWO) doit donc faire preuve de dévouement, de gratuité, de zèle dans les service au bénéfice du parti, du peuple togolais et de l’état togolais, et éprouver de la fierté à être un digne serviteur du parti, un digne serviteur de peuple togolais, et un digne serviteur de l’état, pour mettre en acte la mission exaltante que lui a confiée notre hymne nationale consistant « Aimer, servir, se dépasser, faire encore de toi sans nous lasser, Togo chéri, l’or de l’humanité ».

Pour honorer l’exigence de convivialité de notre devise, chaque militant du MPL(ABLODEVIWO) doit cultiver dans ses rapports à tous ses camarades le respect, la courtoisie, la cordialité, et surtout la convivialité autour de verres et de repas partagés.

Conformément à la réflexion de Le Corbusier selon laquelle « la tradition est la chaîne ininterrompue de toutes les innovations » , le MPL(ABLODEVIWO) compte introduire dans la tradition de « Ablode » et dans l’histoire politique du Togo une première innovation consistant à compléter les activités politiques du « Mouvement du Peuple pour la Liberté (Ablodeviwo) » par les activités humanitaires de l’ONG togolaise, la « Fondation Les Enfants de la Liberté au Togo » , dans le but de maximiser l’adhésion populaire électorale au « Mouvement du Peuple pour la Liberté (Ablodeviwo) » .

La seconde innovation que le MPL(ABLODEVIWO) compte introduire dans la tradition de « Ablode » et dans l’histoire politique du Togo consiste à mettre en place le plus tôt possible « la plate-forme commune aux sociétés civiles, religieuses et politiques, aux institutions internationales et à la Fondation Carter » , devant porter le nom de « Comité d’Action pour la Transparence et l’Equité Electorale au Togo » , et devant apporter un soutien populaire, diplomatique et technique de haut niveau à la limitation des fraudes depuis l’amont jusqu’à l’aval des processus électoraux, ainsi qu’à la limitation des injustices électorales, comme celle de la répartition des sièges de député. Ces deux limitations, ainsi que des gages à être donnés par l’opposition togolaise à l’armée togolaise pour qu’elle devienne vraiment « républicaine » comme elle le revendique sur son site officiel et qu’elle devienne aussi exemplaire que l’armée burkinabé, constituent un passage obligé pour « Les Ablodeviwo » , appuyés par toute l’opposition togolaise, toute la société civile et religieuse togolaise, les institutions diplomatiques et les ONG compétentes, de renverser en faveur de toute l’opposition togolaise sous la houlette des « Les Ablodviwo » , le rapport de forces entre « le régime héréditaire togolais » et son opposition démocratique.

La plus grande innovation que le MPL(ABLODEVIWO) compte apporter à la vie politique togolaise consiste à mettre en œuvre un programme d’actions sur lequel il compte pour susciter l’adhésion massive des électeurs togolais en mettant l’accent sur « le changement dans la vie de tous et chacun », grâce au « travail rémunérateur pour tous et chacun », comme le précisent « les dix commandements du MPL(ABLODEVIWO) », constituant une « synthèse du programme d’actions du MPL(ABLODEVIWO) », et s’égrenant comme suit :

1) Travailler et lutter résolument pour l’avènement et l’enracinement du « changement dans la gouvernance du Togo » , par « l’alternance politique pacifique cordiale au Togo » , comme en Afrique du Sud à la fin de l’Apartheid, en « reprenant et en portant haut le flambeau de la Liberté » qui a permis au Togo de conquérir son indépendance, et en mettant en œuvre avec la non-violence et la détermination légendaires de Jésus, de Gandhi, de Martin Luther King et de Nelson Mandela, l’exhortation de l’hymne national togolais : « Togo debout, luttons sans défaillance »,
2) pour « resserrer les liens de fraternité indissoluble du peuple togolais dans la justice, l’égalité, et la convivialité », conformément au slogan « le Togo, un seul peuple, une seule famille »,
3) pour inaugurer et consolider le « changement dans la vie de tous et chacun », grâce au « travail rémunérateur pour tous et chacun », garanti par des mesures et des réformes révolutionnaires à prendre par l’état pour toutes les catégories de travailleurs potentiels,
4) pour « mettre en application avec passion et rigueur la devise togolaise : travail, liberté, patrie », « libérer, grâce à l’éducation et la formation adaptées, les énergies de travail, de créativité, de recherche, d’innovation, d’esprit d’entreprise, et de liberté d’entreprise de tous les talents et génies potentiels togolais », et « exploiter les gisements togolais de travail, d’intelligence et d’économie du savoir »,
5) pour « restaurer à tous les niveaux de la société togolaise et de l’état togolais la conscience professionnelle et la bonne gouvernance » qui faisaient la dignité et la fierté des togolais sous le soleil de l’indépendance,
6) pour « doter enfin le Togo, sur toute l’étendue de son petit territoire, d’écoles publiques et d’hôpitaux publics modernes, de marchés et de centres commerciaux modernes, de rues, de routes, de ponts modernes, de centres d’activités économiques modernes, de centres de recherches et d’innovation » , afin de renouer avec la culture de l’excellence en honneur partout au Togo jusqu’aux lendemains de l’indépendance,
7) pour poursuivre le « panafricanisme économique, politique et dynamique » du Père de l’indépendance togolaise, en prenant des mesures concrètes et urgentes en faveur des projets panafricains dans les domaines stratégiques comme l’énergie, la monnaie, les transports, la santé, l’agriculture, l’industrie, l’éducation, le numérique, la communication, le renseignement militaire, économique et technologique, la défense, et la sécurité, afin de préparer activement et efficacement et de hâter l’avènement salutaire tant attendu des « Etats-Unis d’Afrique »,
8) pour « faire retentir partout au Togo jusque dans les hameaux les plus reculés un nouveau rythme de tamtam auquel tous les togolais sont invités à adapter leurs pas de danse, sur les scènes politiques, professionnelles et morales » ,
9) pour accomplir la mission suprême assignée à tous les togolais par notre hymne national: « aimer, servir, se dépasser, faire encore de toi, Togo chéri, l’or de l’humanité »,
10) et enfin pour « ré – enchanter ainsi le rêve du Père de l’indépendance du Togo, le rêve de la Liberté et de la Liberté Accomplie, le rêve de ABLODE, ABLODE GBADJA !»

L’originalité de notre programme d’action, c’est que nous ne voulons pas seulement le « changement dans la gouvernance du Togo », mais aussi et surtout le « changement dans la vie de tous et de chacun » grâce au « travail rémunérateur pour tous et chacun », avec l’aide et la garantie de l’état.

Par manque de temps, permettez-nous de nous contenter de donner plus de précisions sur « les mesures et les réformes révolutionnaires à prendre par l’état pour toutes les catégories de travailleurs potentiels » pour garantir le « travail rémunérateur pour tous et chacun ».

Puisque l’agriculture occupe plus des deux tiers de la population adulte togolaise et fait vivre plus de 80 % de togolais, c’est incontestablement la réforme des coopératives agricoles, qu’il conviendrait mieux d’appeler « entreprises agricoles » pour mettre l’accent sur la rigueur de leur gestion comme source de vigueur et de fécondité, qui aura le plus d’impact sur la vie de millions de togolais, qui sera l’engrais le plus efficace pour la fécondité et la prospérité de l’agriculture togolaise et qui pourrait créer plus de deux million d’empois en sortant les masses paysannes du travail et de l’économie informels. Pour l’efficacité d’une telle réforme, il sera utile pour les pouvoirs publics togolais non seulement de s’inspirer de l’expérience des coopératives agricoles israéliennes, mais aussi de faire appel à cette expérience dans le cadre du renouveau de la coopération agricole entre le Togo et Israël initiée par le Père de l’indépendance togolaise et interrompue depuis la rupture en 1973 des relations diplomatiques entre le Togo et Israël par solidarité avec l’Egypte, malgré la rétablissement des relations diplomatiques entre le Togo et Israël en 1987 à la suite de l’établissement des relations diplomatiques entre l’Egypte et Israël en 1978 conformément aux accords du Camp David.

De même que le problème de la création d’emplois et de richesses pour les masses rurales togolaises peut être magistralement résolu par la réforme des « entreprises agricoles », de même le problème de la création d’emplois et de richesse pour la jeunesse togolaise qualifiée peut être magistralement résolu par le lancement de l’offshore informatique et électronique au Togo, comme en Chine et en Inde, comme nous l’avons proposé dans notre article « Togolais viens, bâtissons la Cité, Acte II : comment exploiter les mines de l’offshore informatique et électronique comme en Inde et en Chine pour résoudre le problème de l’emploi de la jeunesse qualifiée et faire un jour du Togo le champion de l’économie du savoir en Afrique ».

Comme précisé à la fin de cet article, « Compte tenu de l’exemple stimulant de la petite « Ile Maurice » où l’offshore informatique a déjà créé 50 000 emploi pour une population de 1 200 000 habitants, la création massive d’emploi de l’offshore informatique et électronique au Togo, « quartier latin d’Afrique », inaugurerait ainsi l’Economie de Savoir au Togo en attendant de faire un jour du Togo le champion de l’Economie du Savoir en Afrique, grâce en particulier à la création d’activités industrielles électroniques dans la Zone Franche de Lomé ».

Enfin, le problème de la création massive d’emplois pour les citadins non diplômés peut être résolu par l’installation d’usines dans la zone franche industrielle de Lomé en vue de la production d’articles de consommations pour l’énorme marché du Nigéria riche de 200 millions de consommateurs.

Pour terminer, laissons au Père de l’indépendance l’honneur du mot de la fin, extrait de son discours programme du jour de l’indépendance du Togo, qui constitue le meilleur commentaire du programme de ses héritiers spirituels les ABLODEVIWO :

« Certes, ce qui nous tenait à cœur, et qui était notre premier objectif, l’Indépendance, est maintenant un fait accompli, une réalité tangible. Mais il nous appartient désormais, et à nous seuls, d’assumer la responsabilité de notre développement économique et social, d’imposer le respect de nos opinions et de nos droits, d’affirmer notre existence dans l’honneur et la dignité. Tout cela se fera, mais ne se fera qu’avec le concours de vous tous. Togolaises et Togolais, résolument unis, résolument décidés à travailler tous ensembles à l’œuvre commune. Nous ne disposons pas actuellement de ces énormes capitaux indispensables à tout progrès matériel, mais nous disposons de nos bras et de nos têtes qui peuvent souvent en tenir lieu. Mettez-vous à l’œuvre, que la tâche qui incombe à chacun de nous soit toujours accomplie de la manière la plus parfaite et le reste nous sera donné de surcroit… Alors uni, tranquille, prospère, le peuple togolais se sentira plus fort pour entreprendre avec les autres peuples africains cette grande œuvre d’union fraternelle qui doit faire de ce continent, qui est nôtre, un pays effectivement libre et désormais respecté…Pour nous, Togolaises et Togolais, nos actes quant à notre pays, doivent être accomplis dans le respect que nous devons à ceux qui, ayant vécu avant nous, sont à l’origine de notre peuple, dans l’intérêt que nous devons porter à ceux qui, demain, nous succéderont. Nous devons tout mettre en œuvre pour que le Togo de nos fils et de nos filles soit plus beau, plus grand, plus unis que le nôtre. Les vielles querelles tribales, les vielles animosités de famille doivent définitivement disparaître. De l’océan aux frontières du nord, de l’Akposso au Mono, le Togo doit être un, libre et fier. Togolaises, Togolais, faisons tous aujourd’hui dans notre cœur le serment indéfectible de respecter la devise de notre Etat : « Travail-liberté-Patrie », que ces mots soient à jamais vivants dans notre esprit, que Dieu nous donne la volonté d’aimer notre Togo et d’en faire un pays heureux. Ainsi, nous assurerons la grandeur de notre Patrie, de la « Terre de nos Aïeux » que chante notre hymne national et que symbolise le drapeau qui, choisi par nous, flotte depuis ce matin sur le Togo ».

ABLODE ! ABLODE ! ABLODE GBADJA !

MERCI POUR TOUTE VOTRE ATTENTION !!!

AKPE NA MI LO !

ELABALE !

Source : www.icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here