Diaspora togolaise de Belgique – HCTE : Quelles conclusions tirer du refus obstiné du Ministre Dussey de prendre en considération les légitimes objections de la diaspora ?

Diaspora togolaise de Belgique - HCTE : Quelles conclusions tirer du refus obstiné du Ministre Dussey de prendre en considération les légitimes objections de la diaspora ?

HCTE : Quelles conclusions tirer du refus obstiné du Ministre Dussey de prendre en considération les légitimes objections de la diaspora ?

DÉCLARATION

Quelles conclusions tirer du refus obstiné du Ministre Dussey de prendre en considération les légitimes objections de la diaspora ?

Le manque de la culture du dialogue constructif au Togo semble avoir complètement annihilé le sens de la rigueur et de l’humilité intellectuelle chez le chef de la diplomatie togolaise.

Tournée essentiellement vers les médias nationaux, la communication du Ministre Dussey sur les questions touchant la diaspora s’est trompée (volontairement ou malencontreusement) de cibles et de canaux. Visiblement, par méconnaissance de la diaspora (son interlocutrice), les sorties médiatiques du Ministre Dussey répondaient plus à des impératifs d’un agenda politique personnel qu’à une recherche sincère de solutions avec la diaspora dont il a la charge.

Cette fermeture complète du Ministre Dussey vis-à-vis de la demande d’ouverture de concertations avec la diaspora dénote également une forme de mépris du Ministre Dussey pour cette diaspora qu’il dit pourtant vouloir associer au développement du Togo.

L’entêtement du Ministre Dussey dissimule mal les velléités d’instrumentalisation et d’infantilisation qu’il entend imposer à la diaspora par le truchement du HCTE (Haut Conseil des Togolais de l’Extérieur). Un très mauvais signal envoyé aux rares partisans du HCTE dans la diaspora.

L’absence de garanties sur la transparence du processus (de la mise en place du HCTE) enlève toute légitimité au HCTE qui se voulait représentatif de la diaspora. Le HCTE conçu par le Ministre Dussey ne pourra donc pas se prévaloir de représenter et de défendre les intérêts de toute la diaspora sans discrimination.

La partie non négligeable de la diaspora exclue du processus ne pourra que nourrir de la méfiance et de la défiance vis-à-vis de ce HCTE. Rejeté voire combattu par une partie importante de la diaspora, le HCTE sera née sur fond de contestations avec le risque de ne pas pouvoir remplir sa mission d’utilité publique malgré les ressources publiques qui y seront englouties.

La primauté de l’agenda politique caché du Ministre Dussey sur le souci de l’intérêt général de la diaspora explique les précipitations, les approximations et les rafistolages qui caractérisent le HCTE conçu et mis en place dans une opacité totale.

Le caractère inique de la clé de répartition des 77 délégués pays, l’absence de cadre juridique et légal pour le HCTE (contrairement aux bonnes pratiques dans les autres pays d’Afrique), l’absence de mécanisme de contrôle du processus électoral (mené par voie électronique sans prise en compte des contraintes humaines et techniques rencontrées par la diaspora vivant surtout dans les pays d’Afrique), l’absence des voies légales de recours contre d’éventuelles fraudes, malveillances ou malversations confortent la DTB (Diaspora Togolaise de Belgique) dans son doute sur la sincérité et la vérité des résultats qui seront proclamés à l’issue du processus.

Par conséquent, la DTB (Diaspora Togolaise de Belgique) réitère son appel pressant et vigoureux à toute la diaspora désireuse de voir le Togo sortir de l’archaïsme médiéval (pour rentrer dans la modernité et la sincérité) de se tenir bien à l’écart du processus opaque et vicié que tente d’imposer le Ministre Dussey à une diaspora vigilante et soucieuse de l’intérêt général.

Belgique, le 10/08/2019

Pour la DTB (Diaspora togolaise de Belgique)

Source : www.icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.