Dialogue au Togo/ Les quatre propositions de Me Koffigoh pour sortir de l’impasse!

L’ancien Premier ministre de la transition et anciens acteurs de l’actualité politique, donne des pistes pour mettre définitivement fin à la crise togolaise. Pour arriver à cet idéal, Me Joseph Kokou Koffigoh émet quatre recommandations.

Alors que le dialogue  visant à trouver une sortie à la crise politique qui sévit dans le pays depuis plus de 6 mois a été suspendu,  Joseph Kokou Koffigoh  présente quatre propositions ou plutôt « scenarios »(selon ses termes),  pour  donner le « clap de fin » au «script » togolais. Ces scenarii  ne sont que des hypothèses,  précise l’ancien Premier ministre.

1er scenario : Il faut que Faure Gnassingbé accepte de ne plus se présenter en 2020, propose Me Koffigoh . « Le dialogue admet que le président doit terminer son mandat. Par un gentlement agreement sous les auspices du facilitateur, le PR renonce volontairement à se présenter à la présidentielle de 2020. Les jeux seront ouverts entre une personnalité du pouvoir et le ou les candidats de l’opposition », soutient -il.

Dans le deuxième scénario, le politicien-poète se penche sur la question de la non-rétroactivité de la loi. « Dans ce cas, souligne-t-il, le focus sera mis sur les conditions optima de transparence des futures élections. Dans la configuration actuelle de l’opinion publique, les chances sont égales pour les parties en conflit. Le peuple pourra ainsi exercer sa souveraineté. (…). Il suffira de se doter des moyens suffisants pour éliminer les velléités de fraude d’où qu’elles viennent ».

La rue, est le décor pris en compte dans le troisième scenario de Me Koffigoh.  Selon lui, une nième manifestation de rue ne pourra nullement faire céder le président togolais. Toutefois, souligne t-il, « En cas de nouveaux crimes massifs, c’est tout le peuple qui se soulèverait »,

Le quatrième scénario présente l’armée. « L’armée togolaise est ce que je pourrais appeler une armée légitimiste. Elle ne se mettra pas du côté de ceux qui contestent le pouvoir d’Etat par des méthodes ou un discours radical. Or les révolutions ne réussissent que si au moins une majorité des soldats se met du côté des contestataires. Ici, nous avons une armée plus soudée qu’on ne le pense. D’ailleurs, beaucoup de gens ont commis et commettent l’erreur de la menacer en cas de changement. Mais comme notre armée est disciplinée contrairement à ce que certains croient, elle obéira à tout pouvoir légitime et légal qui serait issu des urnes », argumente Me Joseph Koffigoh.

 

 

TogoTopInfos.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.