Des ensembles économiques cohérents à la conquête du monde

Lors du conseil des ministres qui s’est tenu mercredi, la ministre du Commerce, Bernadette Legzim-Balouki, a informé ses collègues sur l’avancée du processus de négociation relative à la zone de libre-échange économique.

La faible présence de l’Afrique dans le commerce mondial (autour de 2%) caractérisée par la croissance rapide, la libéralisation et la concurrence est une préoccupation des décideurs nationaux qu’internationaux.

La question est désormais d’améliorer significativement la participation du continent au commerce international dans des conditions plus équitables, plus rémunératrices et davantage tournées vers le développement.

D’ou la stratégie des dirigeants africains de favoriser la coopération et l’intégration économique pour une accélération du processus de développement durable.

Plusieurs Etats se sont regroupés pour former des communautés économiques régionales, comme par exemple la Cédéao pour l’Afrique de l’Ouest.

L’un des objectifs est d’établir progressivement une union économique dans leurs sous régions respectives conformément aux objectifs du traité d’Abuja.

Ainsi en tant que composante de l’intégration économique africaine, ces ensembles économiques poursuivent un objectif graduel afin de parvenir à la création d’une zone de libre-échange, une union douanière, un marché commun et enfin une union économique et monétaire.

Malgré l’absence de consensus sur les différentes stratégies en cours d’étude, des évolutions ont été relevées sur les modalités de négociation sur le commerce des services, ainsi que sur les modalités de négociations tarifaires, a fait observer la ministre.

Les négociations sont toujours en cours en vue de définir les modalités les plus avantageuses pour tous les pays africains.

Republic Of Togo

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.