Dernière minute : des militaires tabassent un policier et prennent la fuite

Publicités

En mission de sécurisation du passage du cortège présidentiel, le Sergent de police N. Anoh Marcel, en service à la première compagnie républicaine de sécurité (CRS1), a été sauvagement battu, le dimanche 31 octobre 2021, par trois gaillards militaires, à Adjouffou, dans la commune de Port Bouet. Son tort est de leur avoir demandé de patienter, le temps du passage du cortège présidentiel.

Lire aussi : FinTech : WAVE déjà secouée par une escroquerie à plus de 100 millions

Le Sergent de police N. Anoh Marcel, en service à la CRS1 (Marcory), porte encore les stigmates de sa bastonnade par les trois gaillards militaires. En mission de sécurisation du passage du cortège présidentiel à Adjouffou, dans la commune de Port Bouet, il a eu le malheur de demander à trois militaires de patienter, le temps du passage dudit cortège.

Publicités

Il était posté au pont piéton avant le commissariat de police du 33ème arrondissement d’Adjouffou (Port Bouet), quand deux de ses collègues était sont sous le même pont.

Publicités

Aux environs de 18 heures, il reçoit un message par radio et coupe la circulation. Un groupuscule de personnes veut coûte que coûte passer le pont. Le sergent de police reste inflexible conformément aux instructions reçues. Il leur demande de patienter, le temps du passage du cortège présidentiel. Subitement, trois individus, des militaires, se détachent du groupe et foncent, têtes baissées sur le sergent de police. Vous avez deviné juste. Ils s’opposent à la décision du policier, avant de forcer la traversée au moment même du passage du cortège présidentiel.

Lire aussi : Drame à Aneho: deux jeunes emportés par la mer ce samedi

Arrivés au niveau du Sergent Anoh Marcel, ils le rudoient sans autre forme de procès. Ses deux collègues policiers sont alertés. Mais les trois gaillards militaires prennent leurs jambes à leur cou. L’un parmi eux, le soldat de première classe, Akedan Amoussan Salomon, fusiller commando de l’air (FUSCOA) du Groupement aérien de transport de liaison (GATL) est maitrisé.

Selon des sources sécuritaires, le lieutenant-Colonel Baodi Grégoire, Commandant des FUSCOA a ordonné son arrestation par le commissariat le plus proche. Il était détenu jusqu’à hier mardi 2 novembre 2021 ? avant que la hiérarchie du GATL ne vienne le transférer.

Avec linfodrome

Publicités


Publicités


Source : Togoweb.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.