Décès de Dominique Aliziou : ces proches parlent d’un complot!

Le landernau médiatique Togolais a été secoué par le décès du Directeur de publication du journal « Chronique de la Semaine », le 27 mars 2020.  Admis au CHR Lomé-commune,  pour avoir été testé positif à la Covid-19, l’homme a  succombé au virus quelques jours après, selon la version officielle, faisant de lui la première victime de cette maladie au Togo. Deux (02) mois  après cet  évènement douloureux, les proches du disparu à travers la rédaction de son journal , reviennent sur les circonstances  de ce décès tragique et évoquent l’hypothèse d’une conspiration.


A LIRE AUSSI: Coronavirus au Togo : « l’heure est grave, il faut ouvrir les églises »

A l’annonce du décès de Dominique  Aliziou, comme un seul homme, les journalistes se sont mobilisés par voie de presse, pour rendre un hommage vibrant,  à celui-là  même, qui aura marqué son temps  dans la corporation des hommes de médias au Togo.

Deux mois après, dans  un article intitulé « Retour sur les circonstances du décès de Dominique ALIZIOU » paru dans Chronique de la Semaine N° 561 de ce jeudi 28 mai 2020, la rédaction de ce journal écrit que  « les causes réelles  du décès de  Dominique   restent  toujours un véritable mystère insondable pour sa famille et ses proches ».

« Il (Dominique Aliziou ndlr) a été déclaré atteint et mort de Coronavirus par les médecins traitants  relayés par le gouvernement, mais le film de ses dix derniers jours sur la Terre de  nos aïeux suscite, à ce jour, des interrogations et des doutes sur la véracité de son bulletin médical de décès », écrit la rédaction du journal.

A LIRE AUSSI: Golfe 4: tout va mal entre Isabelle Améganvi et Fabre

L’article relate en suite  le film des évènements du retour de feu Dominique ALIZIOU, de Belgique le 16 mars 2020, jusqu’à son admission au CHR Lomé-Commune le 22 mars 2020, pour cause d’infection à la Covid-19.

Tout en mettant en exergue le manque de soins administré au patient à ses premières heures, le journal  martèle qu’à la veille de son décès, la santé du Directeur de publication de  Chronique de la Semaine ne présentait pas un état particulièrement critique.

« Il avait même supervisé jusque tard dans la nuit, depuis son lit d’hôpital, les travaux de bouclage de la parution n° 560 de son journal. Ce même jeudi, sa femme lui avait rendu visite dans la journée et n’avait pas remarqué de signes de quelqu’un qui allait être déclaré mort en moins de 24 heures », précise la rédaction.

« Pourtant, le vendredi 27 mars, poursuit-elle,  contre toute attente, ce fut sur les réseaux sociaux que la famille  découvrit, à travers  des postings d’images insupportables et dénués de tout respect de la dignité humaine,  que le directeur de Chronique avait fait une crise et qu’il était agonisant ».

A LIRE AUSSI: Togo: quand « Novissi » aggrave les risques de contamination au coronavirus

«  Aux environs de 15 heures, il n’avait pas résisté à la rechute et rendit l’âme », rappelle le journal.

Hypothèse de conspiration

Si Dominique Aliziou était décédé de la Covid-19, une maladie hautement contagieuse,  pourquoi n’a-t-il pas contaminé ses proches ou les membres de sa famille  qui l’ont longtemps côtoyé dès son retour de Belgique ?

Une interrogation qui  amène la rédaction du journal Chronique de la Semaine à nourrir  le doute sur le coronavirus, officiellement évoquée comme la cause du décès du journaliste.

« Les tests au COVID-19 effectués sur tous les six (6) contacts directs après quatorze (14) jours de son décès sont négatifs. Pour plus d’assurance, tout ce monde a subi un nouveau test après le 28ème jour, soit 14 jours après le premier test.

Les résultats sont toujours négatifs. Pour avoir le cœur net, un test supplémentaire a été fait quelques jours après le deuxième et les résultats se sont encore une fois révélés négatifs », informe le journal, qui en vient  à l’évidence qu’ « il y a quelque chose qui ne va pas dans ce qui est arrivé à Dominique ALIZIOU».

« On le sait, le patron du journal Chronique de la Semaine était très critique à l’encontre de certaines organisations professionnelles dont le SYNPHOT (Syndicat national des praticiens hospitaliers du Togo »,précise  le journal.

A LIRE AUSSI: Braquage à mains armées: des militaires Camérounais arrêtés à Lomé

« En plus un enregistrement audio attribué à l’homme politique Nicolas Lawson avait circulé, accusant Dominique ALIZIOU d’avoir saboté des initiatives de débrayage des agents de santé qui ne voulaient que les meilleures conditions de vie et de travail », rappelle l’auteur de l’article avant de s’interroger : « Faut-il penser qu’il s’agissait ainsi d’un appel aux agents du CHR-LC à «finir le boulot» comme on le dit dans les films policiers ?

Il est vrai que les prises de position de Dominique ALIZIOU faisaient des mécontents. Mais faut-il faire du journalisme avec complaisance ? se demande encore le journal Chronique de la Semaine avant de conclure que :

« Il appartient à tout le monde d’y répondre tout en ayant à l’esprit que la liberté d’expression et d’opinion est consacrée par notre Constitution et ne doit pas conduire au cimetière ».

Nouvelle Afrique

Vous aimeriez voir ceci:

Source : Togoweb.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.