Crise à l’UL: La CSET demande la libération des étudiants incarcérés

517

Le bras de fer entre les étudiants et les forces de l’ordre à l’Université de Lomé inquiète au plus haut point les responsables de la Coordination des syndicats de l’éducation du Togo (CSET). Dans un courrier adressé ce vendredi au ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche, Octave Nicoué Broohm, la CSET demande la libération sans condition des étudiants arrêtés et détenus.

« La Coordination des syndicats de l’éducation du Togo (CSET) demande la libération sans condition des étudiants arrêtés et détenus, l’arrêt de toute sorte d’incursion des forces de l’ordre sur le campus universitaire de Lomé et l’ouverture d’un dialogue franc en vue d’une sortie de la crise », lit-on dans le courrier signé par le coordonnateur, Atsou Atcha et dont l’objet est : « expression d’indignation ».

Pour la CSET, ces étudiants que les forces de l’ordre bastonnent et emprisonnent tels de vulgaires criminels ne demandent que l’amélioration de leurs conditions d’études et le seul moyen de règlement est l’ouverture d’une discussion franche et sincère « avec les vrais acteurs ».

La CSET condamne « fermeté et rigueur » l’énième incursion des forces de l’ordre sur le campus, « en violation flagrante des principes universels qui régissent la franchise universitaire », indique le document.

Rappelons qu’ils au total 19 étudiants ont été arrêtés puis déférés à la prison civile de Lomé depuis le début de ce bras de fer.

Lomechrono.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here