Crash du Boeing d’Ethiopian Airlines: les pilotes dédouanés par un rapport

68

Un rapport des autorités éthiopiennes sur l’accident du Boeing 737 MAX d’Ethiopian Airlines survenu le 10 mars conclut que le personnel navigant a respecté les procédures. Il s’interroge sur les raisons de ce crash qui a fait 157 morts.

Les pilotes du Boeing 737 MAX d’Ethiopian Airlines qui s’est écrasé, le 10 mars, non loin d’Addis Ababa ont respecté les procédures d’urgence recommandées par Boeing pour tenter de garder le contrôle de l’avion mais sans y parvenir. Telles sont les conclusions du premier rapport sur le crash qui a fait 157 morts, a déclaré jeudi 4 avril Dagmawit Moges, la ministre des Transports éthiopienne.

« Le personnel a effectué toutes les procédures […] fournies par le constructeur, mais n’a pas été en mesure de contrôler l’avion », a-t-elle déclaré lors d’une conférence de presse, en précisant que le rapport recommande que « le système de gestion de vol de l’avion soit revu par le fabricant » américain.

« Les autorités de l’aviation devront vérifier que la révision du système de gestion de vol de l’avion a été correctement effectuée par le fabricant », avant que la flotte des Boeing 737 MAX, clouée au sol dans le monde entier depuis l’accident, soit autorisée à voler à nouveau, a insisté la ministre.

Le texte ne mentionne pas explicitement le système anti-décrochage MCAS, pointé du doigt comme possible cause des deux accidents, mais s’interroge sur les raisons pour lesquelles l’avion a plongé vers le sol pour s’écraser six minutes après le décollage dans un champ non loin de la capitale éthiopienne.

Ethiopian Airlines « fière l’attitude » des pilotes

Commentant le rapport préliminaire, Ethiopian Airlines estime que l’avion n’a cessé de piquer du nez malgré le respect total par les pilotes des procédures d’urgence.

Le Pdg d’Ethiopian Airlines, Tewolde GebreMariam, s’est dit dans un communiqué « très fier de l’attitude de nos pilotes, qui ont suivi les procédures d’urgence recommandées, et de leur haut degré de professionnalisme dans une situation aussi difficile ».

L’avion d’Ethiopian Airlines s’est écrasé six minutes après son décollage le 10 mars. Le 29 octobre, le même appareil de la compagnie indonésienne Lion Air, s’était abîmé en mer de Java , faisant 189 morts.

Source : www.cameroonweb.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here