Cotonculture : l’apport du Brésil

30

‘Le Togo est vraiment engagé dans le développement de sa filière cotonnière. Bien qu’il ait pris le train en marche, sa détermination est bien visible. Cela contribuera à la réussite du projet’, a déclaré lundi Antonio Carlos De Salles Menezes, l’ambassadeur du Brésil au Togo, à l’ouverture d’un réunion du comité de pilotage du projet ‘Cotton-4 +Togo’.

Le Brésil a lancé en 2009 un partenariat technique dans le domaine du coton en Afrique de l’ouest. 

Baptisé ‘Cotton-4’, cette initiative est conduite par l’Agence brésilienne de coopération (ABC), qui dépend du ministère des Relations extérieures, en partenariat avec l’Entreprise brésilienne de recherche agricole (Embrapa).

La deuxième phase du projet, amorcée en 2015, associe le Togo. 

C’est le ‘Cotton-4 +Togo’. Il s’agit principalement de disséminer l’information auprès des petits producteurs, de former la main d’œuvre, de revitaliser des laboratoires dans les pays partenaires et de mettre en place une banque de stockage collectif.

Le gouvernement brésilien a alloué plusieurs millions de dollars aux pays bénéficiaires (Bénin, Burkina Faso, Tchad Mali et Togo) pour cette 2e phase.

Sur le site expérimental de Kolokopé (région des Plateaux) où le programme a été lancé par l’Institut togolais de recherche agronomique (Itra), les experts ont noté des résultats satisfaisants.

Pour relancer la filière, les Brésiliens recommandent la réduction drastique de l’utilisation des pesticides et à l’usage d’autres cultures à base de plantes de couverture pour fertiliser les sols, conformément aux exigences du marché international.

Le Togo ambitionne produire dans le futur 200.000 tonnes annuels (118.000 aujourd’hui).

Republic Of Togo

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here