Corée du Sud: l’ex-président Lee Myung-bak condamné à 17 ans de prison

Les quatre derniers présidents de la Corée du Sud sont tous condamnés à des peines de prison

La Cour suprême sud-coréenne, plus haute juridiction du pays, a confirmé jeudi la condamnation pour corruption à 17 années de réclusion de l’ancien président Lee Myung-bak dans divers scandales de corruption.

Accusé de corruption dans diverses affaires et de détournement de deniers publics, l’ancien président conservateur au pouvoir de 2008 à 2013, Lee Myung-bak avait été déclaré coupable en 2018 par le tribunal du district central de Séoul qui l’avait condamné à 15 ans de prison et lui a infligé une amende de 13 milliards de won (10 millions d’euros).

Selon l’AFP, sa peine avait été alourdie en appel à 17 années de prison en février mais il était resté libre en attendant que la plus haute juridiction se prononce sur cette condamnation. Jeudi, la Cour suprême a confirmé la condamnation, jugeant que l’ancien président avait détourné 25,2 milliards de won, et reçu 9,4 milliards de won de pots-de-vin.

L’ex-président avait également été reconnu comme le véritable propriétaire de DAS, une société de pièces automobiles détachées qui appartenait selon lui à son frère, par laquelle il aurait détourné des dizaines de milliards de wons. Il a été également accusé d’avoir touché de pots-de-vins afin d’accorder la grâce présidentielle à l’ex-président du géant sud-coréen Lee Kun-hee, qui avait été condamné pour évasion fiscale. Lee Kun-hee est décédé dimanche.

Pour rappel, les quatre derniers présidents de la Corée du Sud sont tous condamnés à des peines de prison.

Source : Camerounweb.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.