Contre UNIR, Gerry Taama sort ses crocs!

Publicités

Dans l’évolution de la politique togolaise au fil du temps, l’on a constaté que certains acteurs politiques ont souvent préféré « aboyer », c’est-à-dire crier face à un problème que d’agir.

A LIRE AUSSI: [CONFIDENTIEL]: les non-dits d’un flou autour des obsèques de Me Agboyibor

Mais, comme le fait remarquer l’honorable Gerry Taama, président du groupe parlementaire Net/ PDP à l’Assemblée nationale togolaise, et si « la caravane passe » malgré les aboiements, à quoi auront-ils servi ? Ne faudrait-il pas essayer de limiter les dégâts, c’est-àdire « mordre les mollets » de l’adversaire ?
Cette image est très frappante. Souvent, l’aboiement est utilisé par les chiens pour intimider celui qui approche de leur maison ou qui semble être une menace. Et si vous êtes une personne peureuse, ils vous feront reculer. Pire, si vous couriez, ils vous poursuivraient et pourraient vous mordre.

Publicités

Mais, lorsque vous restez insensibles à leurs aboiements et que vous arrivez même à les défier, dans la majorité des cas, ce sont les chiens qui prennent a fuite vous laissant la voie libre. On a souvent observé une telle situation dans la politique togolaise. Face à des blocages, notamment lors des discussions politiques ou à l’Assemblée nationale, des partis politiques de l’opposition comme l’Alliance nationale pour le changement (ANC) et ses alliés ont souvent décidé de laisser la chaise vide et d’ameuter la presse.

Publicités

A LIRE AUSSI: [Confidentiel]: black-out total sur Kpatcha Gnassingbé après son opération au CHU

Mais, qu’est-ce que ces « aboiements » ont pu faire au parti au pouvoir ? rien du tout ! la « caravane » est toujours passée… Le parti majoritaire a tout simplement avancé. Cette attitude, semble-t-il, lui facilitait même la tâche. Gerry Taama et ses collègues de l’opposition parlementaire actuelle ne comptent pas faire ce cadeau à Unir. Au lieu de se contenter d’aboyer et de gâcher ses forces pour ne rien obtenir, il préfère « mordre » les mollets.
Au moins avec cela, l’adversaire va sentir que celui qui est en face a quelque chose à prouver et tournera son attention vers lui. Une morsure, même si elle ne terrasse par l’adversaire, n’est pas rien. Si cette blessure est minimisée, elle peut s’infecter, entraîner une affection plus grave, clouer la personne qui porte la plaie sur un lit d’hôpital et même entraîner son décès.

A LIRE AUSSI: Togo: un pasteur perd 500 millions de ses fidèles au trading

Donc, aujourd’hui, au lieu de laisser le champ libre à l’adversaire, Gerry Taama et ses amis ont réussi à obtenir des avancées notables en restant autour de la table lorsqu’il s’agissait du dialogue politique. Et lorsqu’ils sont mis en minorité au sein de l’hémicycle, ils participent aux débats parlementaires de bout en bout poussant parfois le gouvernement et sa majorité à reculer et à revoir leurs copies, alors que ceuxci fonçaient tout droit vers le but.

Togo Matin No 967

Publicités


Publicités


Gerry Taama

Source : Togoweb.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.