Communiqué sur les tueries du Septentrion au Togo

CODITOGO

APRESLECOVID 19, LA MENACETERRORISTEA BONDOS

C’est avec une grande désolation et une extrême indignation que CODITOGO a appris les derniers évènements meurtriers qui ont encore une fois endeuillé nos frères et sœurs de la région des Savanes.

D’innocentes vies humaines ont été fauchées et les responsables de ces actes crapuleux et barbares continuent de jouir de la puissante protection de leurs commanditaires et maîtres.

Concernant le drame de Natigou dans la nuit du 9 Juillet 2022, la hiérarchie militaire continue d’entretenir un non-dit malsain sur ce qui s’est réellement passé. Alors que plusieurs témoignages imputent les tueries à des tirs provenant d’un engin volant, probablement d’un drone, les Forces Armées Togolaises (FAT) par la voix de leur premier responsable, à travers un communiqué laconique et réducteur, n’assument pas clairement que les sept adolescents ont servi de cobayes humains à des non-experts en matière de technologie des drones.

En ce qui concerne le massacre de Kpendjal, dans la nuit du jeudi 14 au vendredi 15 juillet 2022, dans lequel les victimes, majoritairement des responsables communautaires dans leurs villages d’origine, ont été ciblés et égorgés à l’arme blanche, des zones d’ombre persistent et doivent être élucidées. Le mode opératoire de ces prétendus terroristes, de véritables hors-la loi, intrigue par la connaissance parfaite du milieu et le choix de leurs victimes.

CODITOGO s’associe à la douleur des familles des victimes de ces drames inacceptables et leur présente ses sincères condoléances. Par la même occasion, elle :

  • Condamne avec la dernière rigueur la bavure des militaires togolais à Natigou ; sous d’autres cieux, le(s) responsable(s), le(s) ministre(s) de la défense et de la sécurité aurai(en)t déjà démissionné. Le minimum serait de voir aboutir l’enquête déjà ouverte et permettre de déterminer les auteurs de cette bavure, de les arrêter et de les soumettre à la rigueur de la loi ;
  • Condamne aussi les massacres d’innocentes personnes perpétrées à Blamonga, à Kpemboli et dans d’autres localités du Kpendjal ;
  • Constate l’échec de la politique sécuritaire de Faure Gnassingbé malgré l’état d’urgence sécuritaire, la loi de programmation militaire avec ses milliards engloutis (429.5 milliards, rien que ça, et pourtant !)
  • Loue le courage des populations de la région des Savanes qui ont su rester dignes devant l’adversité à laquelle elles sont confrontées depuis plusieurs mois déjà ;
  • Réclame la sécurité et la protection civile pour tous les citoyens togolais et leurs biens sur tout le territoire national : c’est une prérogative régalienne de l’Etat !
  • Lance un appel pressant à la Diaspora togolaise de par le monde à apporter aide et assistance aux nombreux déplacés qui ont été forcés de fuir leurs villages d’origine à la recherche d’une zone plus sécurisée ;
  • Appelle le Peuple togolais dans toute sa globalité à se lever contre l’arbitraire et l’impunité, et à faire sienne la lutte contre le terrorisme et ses dérivés abjects.

Par ailleurs, CODITOGO demande aux autorités togolaises d’arrêter d’utiliser, d’user et d’abuser de la situation de menace terroriste pour interdire les manifestations ou rassemblements de l’opposition, alors que dans le même temps, les luttes Evala ont eu lieu durant plusieurs jours dans la région de Kara avec une utilisation disproportionnée et abusive de l’administration publique et des forces de sécurité. Alors qu’à quelques kilomètres seulement, aucun dispositif de protection et de secours des masses populaires n’accompagne la mesure d’urgence sécuritaire de la région des Savanes. Quelle escroquerie !

Togo debout, luttons sans défaillance !

Fait à Paris, le 19 juillet 2022

Pour CODITOGO,

RaymondAyivi,

Coordinateurgénéral.[email protected]

Source : icilome.com