Comment Vincent Bolloré a fait main basse sur le port de Tema

L’hydre Bolloré n’a pas pris que les ports au Togo et en Guinée. Fidèle à sa procédure d’arnaque, le groupe Bolloré s’est emparé du port de Tema. Avec la complicité des plus hautes autorités du pays. Comme si la prospérité des entreprises d’un toubab importait plus que l’évolution d’un pays. Si au Togo, il semble difficile d’accéder aux conditions contractuelles qui ont prévalu au bradage du port autonome de Lomé, du côté ghanéen, un média critique, AfricaConfidential a réussi à entrer dans le labyrinthe du groupe Bolloré et les contorsions qui ont favorisé sa mainmise sur ce port. Plongée dans les méandres d’un bradage planifié.

Comment Vincent Bolloré a pris le contrôle du plus grand port du Ghana

Le milliardaire français Vincent Bolloré a ajouté Tema aux 15 ports ouest-africains qu’il contrôlait déjà en arnaquant le pays, selon un rapport secret.

Par Andrew Weir

Le conglomérat français des ports aux médias, Bolloré Africa Logistics, en partenariat avec la branche portuaire du géant danois Maersk, APM Terminals, a ouvert un terminal à conteneurs ultramoderne extrêmement rentable dans le port de Tema au Ghana en juillet 2019.

C’est le dernier maillon d’une chaîne de 18 terminaux à conteneurs ouest-africains gérés par le milliardaire français et ses partenaires. AfricaConfidential a découvert comment ils ont obtenu le droit de construire et d’exploiter le nouveau port à conteneurs de Tema, une bouée de sauvetage non seulement pour le Ghana mais aussi pour le Burkina Faso et le Mali sans littoral, grâce à leur coentreprise détenue à 70% avec le gouvernement ghanéen, Meridian Port Services ( MPS).

C’est une histoire d’intrigue basée sur le «manque de transparence et de discipline éthique» des Occidentaux, selon le rapport ministériel secret rédigé par des responsables ghanéens, qu’AfricaConfidential a vu, et par nos propres recherches.

Les termes des accords entre le MPS et l’État sont tellement opposés aux intérêts du Ghana, conclut le rapport, remis aux ministres en février 2018, qu’ils devraient être renégociés immédiatement. Pourtant, les contrats tant critiqués restent inchangés.

Les concessions que Bolloré a obtenues du Ghana sont similaires à celles qu’il a obtenues pour ses opérations au port de Lomé, au Togo, en échange du financement d’un cabinet de conseil politique de premier plan pour aider le président du pays, Faure Gnassingbé, à être réélu en 2010. Le 26 février de cette année, Bolloré et deux de ses collègues dirigeants ont admis, dans une négociation de plaider-coupable, avoir soudoyé le président togolais en échange de faveurs au port, et ont été condamnés à une amende de 375 000 € chacun. La société de Bolloré a payé une amende de 12 millions d’euros (voir encadré: Bolloré – un monopole dans chaque port1). La juge a été tellement choqué par ce qu’ils avaient fait au Togo qu’elle a rejeté les détails de la négociation de plaider-coupable et a ordonné un procès des cadres.

L’enquête ministérielle du Ghana et les recherches d’AfricaConfidential montrent comment Bolloré et ses partenaires étrangers ont:

• persuadé le président de l’époque, John Dramani Mahama, d’attribuer à MPS un nouveau contrat de terminal à conteneurs en secret, sans appel d’offres ni offres, en 2014, en violation des lois sur les marchés publics;

• surestimé l’investissement prévu par un facteur de deux, ce qui a permis de bénéficier d’exonérations fiscales de 832 millions de dollars involontairement du parlement;

• abaissé subrepticement la participation du Ghana dans MPS à 15% après avoir d’abord accepté 30%;

• persuadé le gouvernement de lui accorder un monopole sur la manutention des conteneurs, mettant en péril des milliers d’emplois dans d’autres entreprises portuaires et faisant grimper les prix, et de fixer les tarifs;

• réduit les droits payables au gouvernement pendant la durée de la concession de 4,1 milliards de dollars.

Les conditions dans lesquelles MPS exploite le nouveau terminal étaient «gravement préjudiciables au gouvernement et au peuple du Ghana», selon le rapport. Ils ne « reflètent pas une éthique commerciale honnête entre les parties », poursuit le rapport. L’histoire de ces relations montre «de graves lacunes en matière d’éthique professionnelle», de sorte que «les engagements doivent être soigneusement et délibérément examinés».

Le président Nana Akufo-Addo a hérité de cette situation lorsqu’il a battu Mahama aux élections générales de décembre 2016. Au lieu de rejeter la responsabilité du scandale sur son prédécesseur, il a choisi de laisser les contrats en l’état pendant que les amis et les responsables de son Nouveau Parti patriotique (NPP) prenaient langue avec MPS.

Akufo-Addo a affronté Mahama, se présentant à nouveau au Congrès national démocratique (NDC) lors des élections générales de décembre 2020, et encore une fois, le sujet de l’accord Tema n’a pas été abordé lors de la campagne. Les deux hommes ont semblé observer un pacte de silence sur cette affaire et plusieurs autres allégations de mauvaise gouvernance et de corruption. Akufo-Addo a remporté de justesse l’élection.

C’est l’histoire de la façon dont l’accord a pris forme, et comment une riposte au sein du ministère des Transports et de la centrale nucléaire contre l’accord MPS a finalement été annulée, et la capacité légendaire de Vincent Bolloré à s’adapter au changement politique s’est affirmée.

PARTIE I : TEMA A BESOIN D’UNE RÉORGANISATION

Depuis 2005, l’agence d’État, la Ghana Ports and Harbours Authority (GPHA), prévoyait de moderniser le port de Tema pour accueillir la nouvelle génération de méga-navires porte-conteneurs avec de nouvelles grues, des quais et un port plus profond.

Alors que GPHA a lancé ce processus, Bolloré et Maersk-APM Terminals ont formé une société enregistrée au Royaume-Uni, contrôlée conjointement, appelée Meridian Ports Holdings (MPH), avec une petite société ghanéenne, Sutton Energy. MPH a créé un «véhicule spécial» ghanéen appelé Meridian Port Services (MPS), dont les actionnaires d’origine en 2005 étaient MPH, Bouygues Travaux de France et GPHA. Jusqu’ici, normal. MPS a opéré sans controverse dans l’ancien port du Terminal Deux, parallèlement à d’autres préoccupations.

Bientôt, cependant, la GPHA est devenue une partie de la vague de partenariats public-privé et de privatisations qui transformaient l’économie ghanéenne. MPS a été conçu comme une partie de la privatisation du GPHA. GPHA renoncerait au contrôle exclusif du port de Tema en échange d’une part de 30% dans MPS et d’un accès aux capitaux privés.

Il était entendu que la participation de 30% réservée à GPHA reflétait l’importance stratégique nationale de Tema. Ces dispositions figuraient dans un protocole d’accord entre GPHA et MPS; 30% pour le Ghana, 70% pour Bolloré et Maersk-APTM. Cependant, cet arrangement devait changer plus tard, selon le rapport, «dans des circonstances très douteuses».

Le gouvernement n’a pas été le seul à recevoir une action gratuite. Bouygues, un géant français de la construction aux intérêts africains étendus, a quitté le projet et sa participation de 12,9% – alors contenue dans les 70% de Bolloré et Maersk – a été « attribuée » à Alhaji Asoma Banda, l’un des plus anciens amis et partenaires commerciaux de Bolloré, et à son chef allié au Ghana.

Banda a longtemps joué un rôle important dans la politique nationale et il a aidé à faciliter l’accès du MPS au gouvernement, mais il a également un pied dans le camp des centrales nucléaires (voir encadré, Bolloré – un monopole dans le port même).

A partir de 2005, GPHA a travaillé sans relâche sur son Master Plan pour améliorer le port et a invité les entreprises spécialisées à s’y intéresser, à se préqualifier et à suivre les procédures de passation des marchés transparentes.

Telle était la situation lorsque le président, John Atta-Mills du Congrès national démocratique, est décédé en juillet 2012 et son vice-président, Mahama a ensuite remporté l’élection en décembre de cette année-là à titre personnel.

MPS a ensuite contacté GPHA avec son propre plan pour le nouveau terminal Tema. Le rapport indique que cela a été conçu « pour satisfaire MPS uniquement » et ne cadrait pas avec le plan directeur. En conséquence, GPHA a rejeté les propositions MPS.

Cependant, le 13 novembre 2014, le président Mahama a changé la donne. MPS avait fait une offre à Mahama. Selon le rapport, il construirait, financerait et exploiterait le port à conteneurs tant qu’il se verrait attribuer le contrat immédiatement, exclusivement et sans appel d’offres. Le président Mahama a accepté, attribuant le contrat à MPS «par diktat», selon le rapport – et en secret.

«Un haut collaborateur du bureau du président», a déclaré à AfricaConfidential qu’un expert de haut niveau dans l’affaire, «a chargé le directeur par intérim du GPHA, Richard Anamoo, de mettre fin à l’appel d’offres et de s’engager avec MPS.» C’était illégal par toutes les règles des marchés publics. Cela signifiait que 56 entreprises, dont 20 avaient déjà été présélectionnées pour le contrat de construction, avaient perdu leur temps. Quinze autres avaient soumissionné pour le contrat d’exploitation et les fonctionnaires ghanéens avaient également perdu beaucoup de temps. MPS n’avait auparavant manifesté aucun intérêt à soumissionner ou à se pré-qualifier.

La décision de Mahama n’a pas été enregistrée. Les auteurs du rapport ont recherché des hauts et des bas dans les archives gouvernementales, mais n’ont pu trouver aucune preuve écrite de l’ordonnance. Lorsque AfricaConfidential a demandé au représentant de l’ancien président Mahama si l’ancien chef d’État pouvait expliquer la décision secrète, nous n’avons reçu aucune réponse.

Cependant, l’équipe des médias du président Mahama a filmé une vidéo à la State House pour célébrer l’attribution du projet de port à MPS, et l’a publiée sur YouTube le 23 décembre 2014. On y voit le président célébrant le prix avec Anamoo et le PDG de MPS, Mohamed Samara et son président, Banda.

Le président Mahama félicite les parties pour l’accord et Banda dit qu’il est «l’homme le plus heureux» de la réalisation du projet. Pas étonnant. Il détenait 12,9% de MPS et ne l’a jamais payé.

En 2005, indique le rapport, le gouvernement avait donné à Banda une part de 12,9% dans MPS «pour encourager la participation des autochtones dans le secteur des services de conteneurs maritimes», même s’il était probablement déjà le plus grand homme du transport maritime au Ghana.

Peu de temps après, le gouvernement a mieux réfléchi à «l’attribution» de l’action à Banda et a demandé qu’elle lui soit restituée en 2006. Banda n’a pas rendu les actions. Malgré son acquiescement ultérieur, le directeur du GPHA, Anamoo, était initialement déterminé à récupérer les 12,9%. Il a continué à faire pression si fort, que Banda a adressé une pétition au président Mahama, qui a renvoyé l’affaire au procureur général, qui a délivré une dispense à Banda afin qu’il puisse conserver les actions gratuites. En 2018, il appartenait toujours à Banda, a constaté le comité d’enquête, et lorsque AfricaConfidential a enquêté sur cet enjeu, ni Banda, ni Bolloré, ni le gouvernement ne nous ont répondu. Le rapport exigeait que l’action soit restituée «sans plus tarder», 11 ans après la première demande du gouvernement.

Nos recherches indiquent que cette participation lucrative a été la récompense de Banda pour avoir défendu les intérêts de Bolloré au Ghana et aidé à influencer Mahama pour attribuer le poste de terminal à conteneurs à MPS. Selon le rapport, l’actionnariat de Banda, qui n’apparaît pas dans les documents déposés par la société MPS à Accra, était «enveloppé» dans les capitaux propres des actionnaires majoritaires, Bolloré et Maersk.

Conseil amical

Deux sources indépendantes qui souhaitent rester anonymes – l’un, dirigeant d’entreprise, familier avec les affaires de Tema, l’autre un chercheur politique – ont déclaré à AfricaConfidential d’un autre facteur qui, selon elles, a influencé Mahama en décidant d’attribuer le nouveau terminal à MPS –est le frère cadet du président, Ibrahim. (voir encadré, Les Mahamas entreprenants2).

Les sources affirment que Banda a promis à Ibrahim, qui dirige une importante entreprise de génie civil, plusieurs contrats si MPS recevait le projet de terminal à conteneurs sans appel d’offres. Banda et Ibrahim sont de proches alliés politiques et lorsque les médias ont critiqué Ibrahim, Banda a pris sa défense. Quand AfricaConfidential a demandé à Mahama, ainsi qu’à Banda, si Ibrahim avait influencé l’attribution du contrat, nous n’avons reçu aucune réponse.

L’attribution apparemment illégale du contrat du terminal à conteneurs de Tema à MPS en 2014 a été un énorme coup pour MPS, Bolloré et Maersk.

PARTIE II : UN NOUVEAU DEPART

Quelques mois après l’obtention des contrats par MPS, l’accord de concession entre GPHA et MPS, qui régissait le fonctionnement de MPS dans le port, a été modifié par un «acte d’amendement». Le rapport ministériel met l’accent sur l’acte d’amendement en tant que document crucial qui a radicalement changé l’équilibre des pouvoirs entre le GPHA et la société privée, en grande partie en faveur de cette dernière.

Au début, les changements semblaient minimes. MPS a prolongé la période pendant laquelle l’entreprise exploiterait le nouveau port de 30 à 35 ans. Cependant, au lieu de courir à partir de la date de début initiale de 2007, MPS interprète les 35 ans à compter de l’ouverture du nouveau terminal, c’est-à-dire 2019.

Sur la durée de l’accord de concession, le rapport calcule que 7,98 milliards de dollars de frais reviendraient à GPHA, mais après la signature de l’acte d’amendement, ce montant est tombé à 3,9 milliards de dollars, un coût net pour le Ghana de 4,1 milliards de dollars. C’est la somme que le rapport du gouvernement a déclaré que le gouvernement devrait essayer de récupérer auprès du MPS, ou du moins de négocier. Aucune négociation n’a eu lieu (voir graphique à barres : Comment les termes du contrat ont changé aux frais du Ghana).

MPS a également obtenu le droit exclusif de traiter tous les navires de plus de 200 conteneurs – c’est-à-dire pratiquement tous – et de fixer les tarifs. L’entreprise a également demandé au gouvernement de renoncer à d’énormes sommes de recettes fiscales à titre d’incitatifs.

MPS a alors commencé à réduire les 30% du capital de l’entreprise qui avaient été accordés au gouvernement sous la forme de GPHA.

Lors des réunions des actionnaires de MPS à Amsterdam en mai et juin 2016, MPS a émis davantage d’actions, ce qui a réduit les capitaux propres de GPHA de 30% à 15% du jour au lendemain. En public, cependant, le parlement, les médias et le gouvernement ont continué à faire référence à la «part de 30%» de GPHA et la réduction de moitié de cette part ne serait pas correctement remarquée pendant encore six mois.

La réduction des parts a eu lieu derrière un tel brouillard de jargon légaliste que les responsables du GPHA ne se sont pas rendu compte au début de ce qui se passait. Le rapport critique les responsables ghanéens pour avoir été embarrassés par les opérateurs sophistiqués de MPS. «C’était un secret de polichinelle que les responsables du GPHA étaient hors de portée des avocats du MPS», a déclaré une source. D’autres ont estimé que les fonctionnaires savaient ce que le président souhaitait et n’étaient pas sur le point de poser des problèmes à une entreprise si manifestement favorisée par le chef de l’Etat.

Le GPHA n’a pas été le seul à trouver sa participation dans une entreprise Bolloré massivement réduite (voir encadré, Comment réduire les effectifs de vos partenaires).

Approbation parlementaire

MPS a également demandé des exonérations fiscales et d’autres incitations à l’investissement qui nécessitaient l’approbation du Parlement.

À l’Assemblée nationale, on a dit aux députés qu’il s’agissait d’un investissement de 1,5 milliard de dollars et que le gouvernement devrait renoncer à 832 millions de dollars d’impôts sur la durée de la concession pour faire preuve de bonne volonté envers les investisseurs étrangers. L’investissement a ensuite été réduit à 1,1 milliard de dollars, mais le Parlement n’a pas été informé.

Même ce chiffre est trop élevé. En octobre 2020, lorsque la société mère de MPS, Meridian Port Holdings, a déposé des rapports annuels à la Companies House de Londres, l’investissement total au moment du rapport était de 761 millions de dollars, moins de la moitié de la somme initialement annoncée au Parlement et contre laquelle l’entreprise a obtenu une remise. Certains députés se méfiaient de l’immense allégement fiscal proposé, mais la majorité du NDC l’a vu passer facilement.

La Société financière internationale (SFI), la branche du secteur privé de la Banque mondiale qui a prêté 667 millions de dollars, a admis à AfricaConfidential que le « coût du projet avait diminué » à 1,1 milliard de dollars en juin 2016, mais les nouvelles ne sont jamais retournées au Parlement. Il pourrait ajuster ses avantages fiscaux.

Lorsque nous avons demandé ce que la SFI pensait du projet sous contrat sans appel d’offres, elle a seulement répondu qu’elle «préférait». L’Union des dockers maritimes du Ghana a accusé la Banque mondiale d’hypocrisie pour avoir «soutenu un monopole».

L’intention d’emprunter à la SFI n’a jamais été révélée au gouvernement ghanéen, indique le rapport. La dilution de la part du Ghana dans le MPS n’y était pas non plus.

À la mi-2016, la construction des nouvelles installations de Tema progressait, mais les relations entre MPS et GPHA se détérioraient. Les responsables du GPHA étaient de plus en plus inquiets de ce qu’ils considéraient comme une relation unilatérale avec MPS. Ils ont soudainement découvert, plusieurs mois après les assemblées d’actionnaires à Amsterdam, que les fonds propres de GPHA avaient été divisés par deux.

Mais à présent, le Ghana était au cœur de la campagne électorale générale de 2016 et ces tensions sont restées sous la surface. Mais le jour du scrutin, le 7 décembre, GPHA avait retiré avec colère sa coopération avec MPS.

PARTIE III : UN NOUVEL HOMME A LA STATE HOUSE

Lorsque le NPP sous Akufo-Addo a remporté les élections, de nouveaux fonctionnaires – non liés par les accords de l’administration précédente – ont mis l’accord MPS sous le microscope.

Les responsables étaient consternés par les conditions commerciales entre MPS et GPHA. GPHA refusait de signer les documents requis pour le tirage du prêt de la SFI. D’autres problèmes sont venus éclairer.

En janvier 2017, les syndicats portuaires ont affirmé que 60 millions de cedis (10 millions de dollars) avaient été transférés du GPHA à un «protocole présidentiel» pour aider à financer la campagne électorale du NDC.

Ce mois-là, le vice-président Mahamudu Bawumia a nommé un comité d’enquête composé de fonctionnaires du ministère des Transports sous la direction du député NPP de Tema Est et du vice-ministre des Transports, Daniel Nii Kwartei Titus-Glover.

Ils ont appelé des témoins et sondé à fond les dossiers du gouvernement avant, en février 2018, de soumettre le rapport dévastateur que nous avons cité. Un acteur de premier plan dans l’affaire n’a pas comparu devant le comité «bien que plusieurs tentatives aient été faites pour le joindre» – Banda. Il a réitéré les demandes du gouvernement précédent que la participation de Banda dans MPS soit restituée au public.

Le rapport final recommandait des renégociations en gros. Chaque partie des accords avec MPS devait être «soigneusement et délibérément revue». Au début, le gouvernement était sympathique et pendant que le comité recueillait des témoignages, des mesures étaient prises.

Trois mois après l’ouverture des audiences du comité, Anamoo, le fonctionnaire qui avait attribué le contrat Tema au MPS sur ordre du Président Mahama, a été remplacé au poste de Directeur général par un autre professionnel chevronné des ports, Paul Asare Ansah.

Le nouveau gouvernement semble déterminé à rectifier les torts du contrat MPS et à restaurer les capitaux propres de GPHA. Ansah ressemblait à l’homme pour le poste. Il n’a pas perdu de temps à tenter de récupérer les 30% du GPHA, invoquant des irrégularités dans la dilution de ses fonds propres.

Ansah a déclaré que Chris Amador, l’officiel du GPHA présent aux réunions où les 30% de MPS du Ghana ont été dilués à 15%, n’avait aucun mandat pour l’accepter. Sa collègue du GPHA, Esther Gyebi-Donkor, a soutenu Ansah, et elle a également souligné la prolongation unilatérale de MPS de son contrat d’exploitation de cinq ans. Cependant, MPS reste ferme, insistant sur le fait que tous les changements étaient légaux. Si la GPHA voulait récupérer ses 30%, elle aurait un combat entre ses mains.

Sur le plan éthique et moral, il était clair pour le GPHA et le nouveau gouvernement que le Ghana avait été trahi et que la part de 30% du capital de MPS toujours destinée à appartenir à la nation avait été réduite de moitié par des pratiques acerbes – sinon illégales. Mais alors que le comité menait ce que les observateurs indépendants ont décrit comme une enquête exemplaire, l’humeur au sein du gouvernement changeait subtilement. L’influence du MPS auprès du nouveau gouvernement ne cesse de croître.

PARTIE IV : UNE FERVEUR QUI S’ATTÉNUE

Bolloré avait une fois de plus, semble-t-il, exercé sa magie influente et amené l’administration Akufo-Addo, comme il l’a fait plus tôt en Côte d’Ivoire, par exemple. Bolloré avait toujours accepté les changements de gouvernement dans sa foulée. Il était amical avec le président Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire et a construit un nouveau port là-bas, et lorsque Gbagbo a perdu le pouvoir en 2011, il se lie rapidement d’amitié avec l’ennemi mortel et successeur de Gbagbo, le président Alassane Ouattara.

En août 2017, le président Akufo-Addo a nommé Peter Mac Manu président du GPHA et donc le patron d’Ansah. Mac Manu a été président national du NPP de 2005 à 2010 et architecte de la campagne électorale réussie du parti en 2016. Mac Manu a été nommé au conseil d’administration du MPS et a été coopté au comité d’enquête ministériel.

Mac Manu a constamment interféré dans les délibérations du comité pour offrir des défenses au MPS et pour tenir la ligne contre toute notion de renégociation des termes du contrat, nous a dit une source du comité. Lorsque nous avons posé des questions à ce sujet, Mac Manu a fermement nié «une telle allégation d’ingérence».

Mac Manu a également nié que présider le GPHA alors qu’il siégeait au conseil d’administration de MPS, dans lequel il a déclaré qu’il n’avait aucun intérêt pécuniaire, était un conflit d’intérêts. Les deux organismes ont un intérêt commun en matière de rentabilité, a-t-il déclaré à AfricaConfidential. «Le succès de MPS est donc le succès de chaque actionnaire, y compris GPHA et par extension du pays Ghana.» Interrogé sur la manière dont la part de GPHA dans ce succès a été réduite de moitié à 15%, il nous a renvoyés aux affaires de MPS, qui n’ont pas répondu à telle ou telle question.

À la mi-2018, les perspectives de renégociation des termes du contrat semblaient s’éloigner à mesure que le cercle de nouveaux amis de MPS se développait.

En juin 2018, Ansah a soudainement retiré son objection antérieure à la dilution de la part de GPHA dans MPS à 15%. Il a déclaré aux journalistes: « Nous avions une participation de 30% jusqu’à ce qu’il y ait quelques défis et que les actions soient diluées à 15%, mais je suis heureux de constater que nous sommes parvenus à un nouvel accord pour regagner nos 30%. » Ses remarques conciliantes ne doivent pas avoir effacé le souvenir de sa précédente confrontation avec MPS. Quelques jours plus tard, il a été limogé et remplacé par Michael Luguje.

PARTIE V : ÉQUITÉ RESTAURÉE

Alors, comment la participation de 30% a-t-elle été «retrouvée» et les objections d’Ansah résolues? La recherche d’AfricaConfidential a découvert que GPHA n’a restitué sa participation de 30% dans MPS qu’en rachetant les 15% à un coût énorme. GPHA, nous a-t-on dit, a emprunté de l’argent aux autres actionnaires. Le prêt sera remboursé sur les revenus futurs et les redevances provenant des opérations portuaires.

Les rapports peu remarqués dans les médias ghanéens sont d’accord. L’un d’eux a déclaré qu’Ansah avait reçu l’ordre d’accepter un prix élevé pour restaurer la participation de 30% de GPHA. La GPHA a dû renoncer pendant 10 ans à la moitié des revenus qu’elle aurait autrement attendus des opérations portuaires en paiement. Cela s’ajoutait aux cadeaux fiscaux déjà immenses que MPS avait déjà reçus. Nous avons demandé à MPS et au ministère des Transports si c’était ainsi que le capital initial de GPHA avait été restauré, mais nous n’avons reçu aucune réponse.

Selon un autre rapport, «90% de la rétention des cotisations va à MPS, tandis que la GPHA détient une participation de 10% de la première à la dixième année.»

L’entreprise et le gouvernement peuvent désormais présenter avec précision la GPHA comme détenant 30% de MPS, mais ils n’admettront pas la réduction de moitié de la part publique ou le coût immense de sa restauration.

Se défendre

MPS avait obtenu tout ce qu’il voulait, semblait-il, mais il y avait encore beaucoup de mécontentement dans les cercles officiels à propos de l’accord MPS, assez pour expliquer la fuite du rapport ministériel secret explosif. Les demandes d’action ont commencé à augmenter à la fin de 2018 alors que le rapport était discrètement diffusé.

Edward Kwaku Asomani, de l’Institut Danquah, un groupe de réflexion allié au NPP au pouvoir, a mené la charge. En novembre 2018, Asomani a solennellement déclaré lors d’une conférence de presse: «Personne ne devrait sous-estimer notre détermination à voir ce contrat renégocié.» Il a promis de poursuivre le gouvernement «dans les 60 jours» si le contrat n’était pas renégocié. L’Institut a décrit l’accord comme «un contrat mal négocié qui hypothéquait les intérêts économiques des Ghanéens à MPS et à ses actionnaires étrangers pendant une génération».

Le président du comité d’enquête, Titus-Glover, a également déclaré publiquement en février 2019. « Il s’agissait d’un accord modifié signé sous le gouvernement précédent, c’est une mauvaise affaire pour le port et l’ensemble du pays, et nous espérons que nous pouvons corriger les torts », a-t-il déclaré aux médias locaux.

Asomani a déclaré à AfricaConfidential en avril 2019 que l’Institut envisageait une action en justice pour forcer le gouvernement à renégocier les termes de l’accord avec MPS. C’était alors, cependant. Les projets de poursuites de l’Institut Danquah sont désormais «suspendus», nous dit-on. Asomani a quitté l’Institut Danquah pour devenir directeur de l’analyse au ministère de la Sécurité nationale et, à partir du 8 février, est le nouveau coordonnateur adjoint de la sécurité nationale.

Lorsque AfricaConfidential a contacté Titus-Glover pour obtenir des commentaires, il a refusé, nous renvoyant à son supérieur, le ministre des Transports Kwaku Ofori Asiamah. Nous avons envoyé au ministre une liste de questions, mais nous n’avons reçu aucune réponse.

Des questions similaires ont également été posées au PDG de MPS, Samara, après que nous avons parlé à l’avocat de MPS, Frank Ebo Brown. MPS n’a pas non plus répondu. Nous avons contacté Bolloré, qui a confirmé avoir reçu nos questions, mais n’a répondu à aucune d’elles.

Dans le rapport annuel de la société mère de MPS, Meridian Ports Holdings, qui a réalisé un bénéfice de 80 millions de dollars en 2018, des mois avant l’ouverture du terminal à conteneurs, il est fait mention d’un danger que le gouvernement d’Accra tente de renégocier les termes avec MPS. «Les contestations des conditions de concession sont un risque persistant», ont déclaré les administrateurs, «à la fois en termes de contestation directe de la concession et de GPHA en soutenant les conditions. Bien que ce risque existe, il est considéré comme faible. »

Le Ghana, cependant, a maintenant un parlement suspendu avec le NDC et le NPP détenant 137 sièges, ce qui signifie que les membres individuels peuvent maintenant être en mesure d’examiner cela et d’autres problèmes de corruption et de gouvernance qui n’ont pas été traités jusqu’à présent.

Copyright © Africa Confidential 2021

Transcrit par Godson K. / Liberté

Lien de l’article original ( Anglais) : Ghana / Special Report: How Vincent Bolloré won control of Ghana’s biggest port

Version PDF : Tema Special Report

ENCADRÉS

1-Bolloré – un monopole dans chaque port (Traduit par Google Translate)

Bolloré Africa Logistics est la fierté et la joie de Vincent Bolloré, l’un des magnats des affaires les plus riches et les mieux connectés de France, avec une réputation de pratique commerciale brutale combinée à un grand sens du profit. Il est entré en contact fréquent, généralement en regardant la justice, mais a reçu un choc majeur le 26 février lorsqu’un juge parisien a rejeté un accord de plaidoyer antérieurement convenu.

Dans le cadre de l’accord, Bolloré et deux collègues dirigeants ont avoué avoir corrompu le président togolais Faure Gnassingbé en lui fournissant une équipe de conseil politique et de publicité de premier plan pour sa campagne électorale de mars 2010. En échange, Bolloré a obtenu des conditions améliorées pour sa concession au port de Lomé et l’autorisation d’y construire un troisième terminal, très similaire aux contrats que le président John Mahama a autorisés pour Bolloré au Ghana en 2014.

Bolloré et ses collègues ont accepté de payer des amendes de 375 000 euros chacun et la société 12 millions d’euros. Il s’agit de l’équivalent français de l’accord de poursuite différée, tel qu’il est connu dans les tribunaux anglais et américains. Une société défenderesse admet sa culpabilité, paie une amende importante et aucune condamnation pénale n’est enregistrée.

Cependant, au grand étonnement de toutes les personnes présentes, la présidente de la Cour, Isabelle Prévost-Desprez, a accepté l’accord pour l’entreprise mais a rejeté la sanction des dirigeants. Bolloré était le «chef d’un groupe de réputation mondiale représentant la France dans le monde» et il avait «compromis la souveraineté du Togo en altérant le bon fonctionnement de ses institutions». Un procès était nécessaire, a-t-elle statué.

Les procureurs avaient précédemment évoqué la conclusion d’un accord «consensuel» avec Bolloré dans une atmosphère de «parfaite sérénité». Ils avaient même gardé l’affaire secrète jusqu’à leur comparution devant Prévost-Desprez. Les accusés, leurs avocats et les procureurs se sont mêlés dans une atmosphère détendue et collégiale au tribunal, a rapporté Le Monde, jusqu’à ce que le juge lâche sa bombe.

Les frottements avec la loi semblent presque un «coût de faire des affaires» pour Bolloré. Le procureur français Serge Tournaire l’a accusé en avril 2018 d’avoir financé la campagne électorale du président guinéen Alpha Condé en 2010, la même année où Gnassingbé a gagné ses largesses. Lorsque Condé a pris ses fonctions de président en 2010, il a brusquement résilié le contrat de l’opérateur du port de Conakry Necotrans et l’a confié à Bolloré (AC Vol 59 No 13, Adieu à Françafrique).

En 2013, un tribunal parisien a condamné Bolloré à verser 2 millions d’euros à Necotrans en compensation de la perte de son investissement dans le port, mais l’a autorisé à influencer Condé pour remporter le contrat. Necotrans a ensuite fait faillite et Bolloré l’a racheté. Tournaire a abandonné son affaire contre Bolloré à propos de Conakry et jusqu’au 26 février, on pensait que Bolloré avait également résolu son problème de Lomé.

Bolloré est également engagé dans une lutte acharnée pour le contrôle de la société de médias Vivendi et tient à maintenir une bonne image de marque auprès des actionnaires. Les procureurs italiens ont inculpé Bolloré pour une prétendue manipulation du marché du cours de l’action du conglomérat médiatique italien Mediaset en décembre. Vivendi et Bolloré nient les accusations. Bolloré a démissionné de la gestion quotidienne de BAL et de ses enchevêtrements africains et l’a confiée à son fils Cyrille, selon des analystes commerciaux français. Mais peu d’entre eux prennent au sérieux l’idée qu’un homme aussi motivé puisse s’éloigner si facilement de son style de leadership pratique.

The Economist a décrit Bolloré comme un « exemple imparfait du capitalisme » qui avait « foulé aux pieds les principes de la gouvernance d’entreprise moderne » sur son chemin vers la richesse. D’autres le voient comme un intrigant qui se spécialise dans l’infiltration d’entreprises familiales, puis dans l’intimidation, soit pour prendre le contrôle, soit pour une immense récompense. Martin Bouygues, le descendant du célèbre conglomérat français de la construction et des médias, s’est affronté avec Bolloré après avoir pris une participation dans son entreprise en 1997. En regardant en 2013, son amertume toujours fraîche, il a déclaré au magazine d’affaires français Challenges, «Bolloré m’a rooked , m’a piégé, m’a humilié. Je ne l’oublierai jamais.’

Les relations politiques de Bolloré en Afrique de l’Ouest reposent sur leur valeur pour son entreprise. Au Sénégal, en 2012, il a affronté le fils du président de l’époque Abdoulaye Wade, Karim Wade, lorsque ce dernier a tenté de déloger Bolloré de sa position dominante dans le port de Dakar. Karim a profité du ressentiment des hommes d’affaires locaux face à ce qu’ils ont appelé les pratiques monopolistiques de Bolloré. Le concours est devenu si amer que Bolloré a fini par soutenir Macky Sall, qui a battu le père de Karim à l’élection présidentielle de 2012, bien qu’il ne soit pas suggéré que Sall n’aurait pas gagné autrement. Bolloré a remporté le contrat d’exploitation du terminal roulier de Dakar en novembre 2013.

À l’origine, Bolloré a construit son réseau africain à partir du livre de contacts de Jacques Foccart, le maître ténébreux de l’intrigue qui a créé un réseau d’influence trouble connu sous le nom de Françafrique sous le président Charles de Gaulle qui a connecté les présidents français avec les plus grandes entreprises françaises et les dirigeants africains francophones de tous les temps. puisque.

Même si Les liens les plus forts du Breton de 68 ans se trouvent en Afrique francophone, le Ghana est une partie vitale de son empire en tant que porte d’entrée logistique vers le Burkina Faso, le Mali et le Niger enclavés (AC Vol 50 No 13, No funeral for Françafrique). La seule autre route vers ces pays passe par le port d’Abidjan, en Côte d’Ivoire – que Bolloré et APMT contrôlent également.

L’allié de Bolloré et le plus vieil ami ghanéen est Alhaji Asoma Banda, probablement le plus grand magnat du transport et de la logistique au Ghana. Aujourd’hui âgé de 86 ans, Banda a introduit Bolloré au Ghana dans les années 1990. Il était PDG de Port Handling Company et administrateur d’une filiale locale de Bolloré, Antrak Ltd. En 1999, il a vendu sa ligne de navigation, OT Africa Line, à Bolloré alors que le Français récupérait la plupart des autres compagnies maritimes régionales.

Le succès de Bolloré à Tema est construit, disent les commentateurs, sur des bases identiques à celles du reste de son empire ouest-africain. Banda a aidé Bolloré à se connecter avec le président Mahama, et sa récompense comprenait la présidence de Meridian Ports Services, le véhicule clé de Bolloré au Ghana et opérateur du nouveau terminal à conteneurs. Il détient également, sans jamais l’avoir payé, 12,9% de la société mère de MPS, Meridian Ports Holdings, dans une participation « enveloppée », selon le rapport ministériel secret, au sein des participations de Bolloré et APTM.

2-Les Mahamas Entreprenants (Traduit par Google Translate)

Au cours des vigoureuses campagnes électorales du Ghana, le Congrès national démocratique de l’ex-président John Mahama et le Nouveau Parti patriotique de la présidente Nana Akufo-Addo ont échangé des accusations vicieuses de corruption en gros par l’autre parti, mais les poursuites sont rares.

Mais le procureur spécial Martin Amidu a publié l’année dernière une notice rouge d’Interpol pour l’un des frères de Mahama, Samuel Adam Mahama (alias Foster).

L’action d’Amidu faisait suite aux aveux d’Airbus Industrie dans un accord de poursuite différée avec des procureurs en France, au Royaume-Uni et aux États-Unis selon lesquels elle avait soudoyé des fonctionnaires dans cinq pays, dont le Ghana, en janvier 2020. Airbus a été condamné à une amende de 3,5 milliards d’euros. La DPA a déclaré qu’au Ghana, «l’intermédiaire 5» avait reçu près de 4 millions d’euros à passer à un «haut fonctionnaire élu du gouvernement ghanéen» auquel il était lié, en contrepartie de la commande de trois avions de transport militaire. Le seul détail que la DPA a omis était les noms, mais Amidu a comblé les lacunes.

Il a nommé Samuel Adam comme « intermédiaire » en janvier 2020 et a déclaré que John Mahama était « incontestablement » le représentant élu du gouvernement. Il a qualifié l’ancien président de «criminel de droit commun». John Mahama a qualifié Amidu de «stupide».

Mais Amidu n’a pas été en mesure de poursuivre l’affaire contre l’un ou l’autre de Mahama parce qu’il s’est également brouillé avec le successeur de Mahama, Akufo-Addo. Amidu a démissionné en novembre, protestant avec colère contre les tentatives d’Akufo-Addo de le traiter comme son «caniche» (AC Vol 61 No 23, Anti-corruption boss «no poodle»).

Tout au long de sa présidence, Mahama a été blâmé pour des échecs extraordinaires dans les programmes du secteur public, avec des contrats considérablement gonflés (AC Vol 57 No 5, C’est l’élection des contrats).

Ibrahim Mahama est un frère cadet de John et un sujet favori des médias d’information pour sa carrière commerciale mouvementée. En 2012, il a emprunté 38 millions de dollars à la Merchant Bank détenue à 90% par l’État. Aucune banque ne prêterait normalement 40% de son capital, même si c’était légal, d’un seul coup, mais la Banque centrale a émis une dérogation. Son frère, le président, a déclaré que cela n’avait rien à voir avec lui.

Au milieu du tollé suscité par le népotisme présumé, une voix s’est démarquée dans la défense d’Ibrahim: l’actuel président de Meridian Port Services et l’allié de Vincent Bolloré, Alhaji Asoma Banda. Banda a fait l’éloge du sens des affaires d’Ibrahim et a déclaré que les Ghanéens devraient «applaudir pour lui» et qu’en fait, davantage de banques devraient lui prêter plus d’argent. Pourtant, lorsque le prêt est arrivé à échéance, Ibrahim n’a pas payé et la banque a fait faillite.

En 2016, les entreprises d’Ibrahim devaient 53 millions de dollars à une autre banque, UT Bank. Avant de prêter l’argent, UT Bank a également dû demander – et a obtenu – une dispense spéciale de la Banque centrale pour prêter une proportion aussi élevée de son capital à un client. La renonciation a été acceptée, le prêt a été accordé, le prêt a échoué et la banque a fait faillite. John Mahama était toujours président et a nié toute connaissance de l’entreprise.

Mais ces controverses étaient de petite taille par rapport à la plus ambitieuse entreprise commerciale potentielle d’Ibrahim, une licence de 30 ans pour exploiter la concession de bauxite de la forêt de Nyinahin, qui lui a été attribuée une semaine avant que son frère ne quitte ses fonctions après avoir perdu les élections générales de 2016. Encore une fois, les représentants de John Mahama ont nié avoir influencé le prix et n’ont rien vu de suspect dans le timing.

Le nouveau parti patriotique entrant, cependant, a immédiatement révoqué la licence, qualifiant l’affaire de «cas de prise d’État». Le gouvernement a également contraint Ibrahim à payer 12 millions de cedis (2 millions de dollars) de droits d’importation qu’il n’a pas payés tout au long de la présidence de son frère, bien qu’il ait protesté qu’il avait en fait payé. Il a ensuite été arrêté en avril 2017 pour avoir prétendument rédigé des chèques sans provision pour couvrir ces dettes avant d’effectuer finalement les paiements.

En février 2017, Ibrahim a été convoqué à l’unité d’enquête sur la fraude du Bureau du crime économique et organisé (EOCO) pour des accords avec le Ghana Cocoa Board (Cocobod) dans lesquels des engrais étaient importés puis prétendument passés en contrebande à l’étranger pendant la période où le corps était dirigé par Stephen Opuni, qui est actuellement jugé pour des crimes qui auraient été commis alors qu’il était en charge de l’organisation parapublique.

Opuni a finalement été limogé après avoir été accusé d’avoir financé la NDC à partir de prêts qu’il avait consentis pour verser des avances aux agriculteurs pour la récolte de fèves de cacao. Opuni a été accusé d’utiliser des fonds excédentaires pour financer la campagne électorale du NDC, a-t-on affirmé.

Ibrahim continue de prospérer et aurait récemment été en pourparlers sur une éventuelle prise de contrôle du producteur d’or local Cardinal Resources.

Source : 27Avril.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.