Comment repérer les hommes qui tuent leurs partenaires

25

Environ 30 000 femmes à travers le monde ont été tuées par leurs partenaires précédents ou actuels en 2017.

Selon un expert en criminologie, les hommes qui tuent leur partenaire suivent un  » calendrier d’homicides » que la police pourrait suivre pour aider à prévenir les décès.

Le Dr Jane Monckton Smith a trouvé un schéma en huit étapes dans 372 meurtres au Royaume-Uni.

La professeure à l’Université du Gloucestershire a déclaré que les comportements de ces hommes pourraient être un indicateur clé de la propension d’une personne à tuer son partenaire.

Le père d’une victime de meurtre a déclaré que les résultats pourraient aider à « sauver des vies ».

Selon le Dr Monckton Smith, les femmes représentent plus de 80 % des victimes tuées par leur partenaire – et la plupart du temps, le partenaire est un homme.

Pour mener son étude, elle a examiné tous les cas enregistrés où la femme avait eu une relation avec l’agresseur – ainsi que plusieurs cas supplémentaires, comme ceux de victimes masculines tuées par leur partenaire masculin.

Les huit étapes qu’elle a découvertes dans presque tous les meurtres étaient :

Antécédents de harcèlement criminel ou de mauvais traitements de la part de l’agresseur avant la relation.

L’histoire d’amour se transformant rapidement en une relation sérieuse.
La relation devient dominée par le contrôle coercitif.
Un déclencheur pour menacer le contrôle de l’agresseur – par exemple, la relation prend fin ou l’agresseur éprouve des difficultés financières.
Escalade – une augmentation de l’intensité ou de la fréquence des tactiques de contrôle du partenaire, comme le harcèlement criminel ou la menace de suicide.
L’agresseur a changé d’avis – il a choisi de passer à autre chose, soit par la vengeance, soit par l’homicide.
Planification – l’agresseur peut acheter des armes ou chercher des occasions d’isoler la victime.
Homicide – l’homme tue son partenaire et peut blesser d’autres personnes, comme les enfants de la victime.

Le seul cas où une étape du modèle n’a pas été suivie est celui où les hommes n’ont pas atteint la première étape – mais c’était normalement parce qu’ils n’avaient jamais eu de relation auparavant, dit-elle.

Nous nous appuyons depuis toujours sur l’explication  » crime passionnel, brouillard rouge spontané « [du meurtre] – et ce n’est tout simplement pas vrai « , a déclaré le Dr Monckton Smith à la BBC.

« Si vous commencez à examiner tous ces cas, il y a la planification, la détermination, le contrôle coercitif. »

En réponse à l’étude, le père d’une femme assassinée, Alice Ruggles, 24 ans, a déclaré que les choses auraient pu être différentes si la police avait eu connaissance du modèle en huit étapes du Dr Monckton Smith.

Alice Ruggles avait été harcelée par son ex-petit ami après la fin de leur relation intense, et tuée par lui en octobre 2016.

Le père, Clive Ruggles, a dit : « Il [l’ex-petit ami] avait des antécédents de harcèlement et de contrôle – les signes précurseurs étaient là ».

« Si [la police] avait été au courant des huit étapes, ils se seraient rendu compte – les messages constants, le chantage émotionnel, tout cela – qu’il était déjà à l’étape cinq, » a-t-il ajouté.

« Nous croyons vraiment que si ce modèle est diffusé et que les gens commencent à agir, il améliorera les choses et sauvera très probablement des vies. »

Le Dr Monckton Smith a enseigné son modèle à des avocats, des psychologues, des forces de police du Royaume-Uni et des agents de probation.

Son étude a également été publiée dans le Violence Against Women Journal, et elle espère qu’elle sera plus largement diffusée.

Dès qu’elles le voient, les victimes et les professionnels sont capables de dire :  » Oh mon Dieu, j’ai un cas de stade trois « , ou  » Ma relation en est à la cinquième étape « , a-t-elle dit.

« La police a été incroyablement réceptive et reconnaît les étapes dans les cas sur lesquels elle travaille, parce que cela fait écho à l’expérience des policiers et donne un semblant d’ordre au chaos que sont la violence domestique, le contrôle coercitif et le harcèlement criminel, » a-t-elle ajouté.

Le Dr Monckton Smith a déclaré qu’une fois que les policiers auront appris les huit étapes, ils seront en mesure de suivre certains auteurs potentiels, tandis que les victimes pourront plus facilement expliquer aux professionnels dans quelle situation elles se trouvent.

Elle a également déclaré qu’il faudrait mener davantage de recherches sur les moyens par lesquels les victimes peuvent quitter des relations dominantes en toute sécurité et sur ce qui pousse les gens à chercher à contrôler leur partenaires.

Source : www.cameroonweb.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here