Claude Le Roy, un colis piégé

150
Claude Le Roy, un colis piégé

Le technicien français des Éperviers du Togo, Claude Marie François Le Roy, en prenant les commandes de la sélection nationale, avait été missionné de qualifier l’équipe pour la CAN 2019. Une mission que le technicien français n’a pas pu atteindre. Depuis lors, des voix s’élèvent pour demander la démission du technicien blanc. Malheureusement, Claude Le Roy se croit visiblement en terrain conquis et continue, à en croire de nombreux observateurs, par narguer les Togolais.

En effet, l’arrivée en avril 2016 du technicien français à la tête de la sélection du Togo en remplacement du belge Tom Saintfielt jugé pour insuffisance de résultat, a suscité une lueur d’espoir aux amoureux du ballon rond, surtout dans les rangs des fans des Éperviers.

Mais l’éléphant annoncé est arrivé avec un pied casé. Le « sorcier blanc » est un cadeau piégé. Face à l’Algérie, le 18 novembre 2018 au stade municipal de Lomé, le sauveur annoncé a subi une cuisante défaite (1-4). Laquelle, a-t-il déclaré à l’époque, l’a abîmé.

« Je suis abîmé par cette défaite. Le jour que vous me verrez démissionner n’est pas encore arrivé. Avec le Congo, je me suis qualifié à la dernière journée, je le ferai pour le Togo. Je le répète, on va se qualifier au Bénin. Si on ne passe pas en mars contre le Bénin, ce sera la fin de mon aventure au Togo », avait-il déclaré au soir du 18 novembre dernier.

Le 24 mars 2019, le match Bénin vs Togo s’est soldé par une victoire (2-1) des Écureuils du Bénin. Une défaite synonyme de la non-qualification du Togo à la CAN qui aura lieu en été prochain aux pays des pharaons.

Alors que tout le monde s’attendait à sa démission, Claude Le Roy, comme si de rien n’était, se tut. Le tableau des trois (3) ans du « sorcier blanc » au poste de sélectionneur des Éperviers du Togo est sombre : 26 matches, 8 victoires, 8 nuls, 10 défaites. Ailleurs, l’homme qui a son actif une seule CAN devrait de lui-même dégager le plancher. Malheureusement, il écarte toute idée de rendre le tablier.

« Je ne me suis jamais accroché à un poste. Mais si c’est pour entendre le mot démission dans ma bouche, elle n’est pas prête de sortir parce que jamais je ne le prononcerai. C’est pas moi le décideur. Je ne décide pas de mon avenir », a-t-il confié au confrère de CANAL+

Pour l’heure, pas de réactions officielles sur le maintien ou non de Le Roy à la tête de la sélection. Mais les Togolais expriment déjà leur désir de voir le coach s’en aller. Ils expriment leur exaspération. Le 1er avril dernier, la Coordonnatrice de la C14, Brigitte Kaffui Adjamagbo-Johnson a indiqué que le départ du sélectionneur est une impérative.

« Ce qui se passe dans ce domaine-là est grave. On a amené une personne ressource qui est payée très cher (25 millions par mois-ndlr) et qui ne donne aucun résultat depuis des années. C’est incompréhensible. Moi je me demande pourquoi cette personne ressource est toujours là…», s’est-elle indigné.

L’appel du Mouvement Martin Luther King du pasteur Edoh Komi à manifester le 6 avril prochain pour exiger le départ de Claude Le Roy aura-t-il raison de lui ? C’est le wait and see !

Edem A.

Source : www.icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here