Christian Trimua : « L’Eglise Catholique au Togo copie maladroitement le modèle de la RDC… »

Le soutien de Mgr Philippe Kpodzro au candidat Agbéyomé Kodjo pour le compte de la présidentielle en vue, dérange beaucoup le régime RPT-UNIR. Au cours d’un petit-déjeuner de presse organisé par le club Afrique de la presse parisienne samedi dernier à Paris, Christian Trimua s’est dit être « étonné » du silence « complice » du Conseil des Evêques du Togo (CET) par rapport aux « agissements » de l’Archevêque émérite de Lomé.

D’entrée de jeu, le ministre togolais en charge des Droits de l’Homme a reconnu que l’ingérence de l’Eglise en politique n’est pas un phénomène nouveau, surtout en Afrique. Christian Trimua a même donné l’exemple de République Démocratique du Congo (RDC). Mais à l’en croire, le cas du Togo est un peu particulier.

« Le phénomène n’est pas nouveau. On a vu des percées de l’Islam dans certains pays. Mais la particularité togolaise, c’est un prélat catholique qui adoube des candidats, qui les intronise pendant des messes à l’Eglise en leur donnant le drapeau, en faisant chanter l’hymne national en pleine messe », a-t-il indiqué.

Pour ce baron du régime, tout ceci montre à suffisance que l’Eglise Catholique togolaise « essaie seulement de copier le modèle de la RDC ». « La Conférence Episcopale du Togo essaie de copier ce modèle-là, mais en le faisant de manière plus maladroite qu’en RDC. La première, c’est cette intronisation du candidat Agbéyomé par Monseigneur Kpodzro », a déclaré Trimua.

L’homme se dit être étonné du silence complice de la Conférence Episcopale du Togo face à ce comportement de Mgr Kpodzro. « Nous nous sommes étonnés de voir que la Conférence Episcopale au Togo n’a pas pris une position ferme en disant à son prélat de ne pas mélanger les choses. Le Togo a quand même une séparation de l’Eglise et de l’Etat et le Togo est un pays laïc », a-t-il souligné.

Selon lui, ce n’est pas seulement l’incursion de l’Eglise sur la scène politique qui gène, c’est le fait qu’elle prenne position. « Ce que nous disons, ce qu’à partir du moment où l’Eglise a pris position, elle n’est plus un bon arbitre », a-t-il avancé pour justifier le fait d’avoir interdit au Conseil Episcopal Justice et Paix de surveiller le bon déroulement du prochain scrutin.

Suivez plutôt!

Godfrey Akpa-

Source : icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.