« C’est Atchadam qui a inauguré le mensonge politique au Togo » – Fabre

Publicités

Plus de quatre ans après les soulèvements de 2017, Tikpi Atchadam et le PNP qui étaient initiateurs de ce mouvement sont toujours les cibles de certains leaders politiques de l’opposition comme Jean Pierre Fabre.

A LIRE AUSSI: Guinée: que devient l’opposant togolais Tikpi Atchadam des mains des mutins?

Dans une interview accordée à nos confrères du journal L’INTELLIGENT, le leaders de l’ANC s’en est encore pris au PNP qu’il accuse d’avoir affaiblit la lutte politique en usant de « mensonge, de calomnies, de diffamations… ». Extrait…

Publicités

L’INTELLIGENT: Pourquoi aviez-vous accepté de mettre entre parenthèses, les gigantesques mouvements de foule ou marches en janvier 2018, la seule arme que l’opposition avait face au pouvoir ? Vous le regrettez !

Publicités

L’arrêt des manifestations a été imposé par la facilitation. Je l’ai personnellement très mal vécu. C’était notre arme absolue. Le jour où nous y avons été contraints, constitue un cauchemar pour moi. J’ai été invité, en tant que chef de file de l’opposition, par le Ministre guinéen Tibou Kamara, à signer le communiqué demandant la cessation des manifestations.

A LIRE AUSSI: Suspension d’un Directeur pour recensement de filles vierges: l’autre version de l’affaire

J’ai refusé. Rétorquant que l’arrêt des manifestations étant une demande de la facilitation, celle-ci devrait l’assumer en signant le communiqué. Qui fut finalement signé par les deux ministres Tibou Kamara et Albert Kan Daapa. Faut-il rappeler que le PNP a soutenu cette décision dramatique de la facilitation d’arrêter les manifestations, en proclamant par la bouche du Conseiller spécial de son président, Tchatikpi Ouro Djikpa : « Pendant que le coiffeur s’active sur votre tête, vous devez éviter de le perturber en vous fourrant le doigt dans les cheveux. »

Bref, nous fûmes invités par le PNP à éviter de contester les « bonnes décisions » que la CEDEAO prenait pour notre bien. C’était le début de la fin. Fallait-il dénoncer le PNP adulé comme « parti du Nord », alors que l’opinion ignorait le niveau du désordre qu’il semait au sein de l’opposition ? Par souci de maintenir la cohésion au sein de l’opposition, nous nous sommes contenus. Etait-ce une bonne attitude ? A quel moment fallait-il révéler les frasques du PNP qui nous ont couté si cher ?

A LIRE AUSSI: Confusion au Ghana: Shatta Wale activement recherché par la police

C’est le lieu de souligner qu’avant d’être adopté par la DMK, l’usage du mensonge, de la calomnie, de la diffamation du dénigrement etc… a été inauguré par le PNP. La transformation d’un parti de l’opposition en cible à détruire par tous les moyens par un autre parti qui se proclame de l’opposition, a été inaugurée par le PNP, avant d’être adoptée et pratiquée par la DMK, jusqu’à la vulgarité. Je peux multiplier, tant ils sont nombreux, les exemples à loisir.

Tenez : pour justifier le départ de son président pour l’exil, qu’il jugeait certainement peu glorieux, le PNP a choisi d’accuser les autres responsables de l’opposition qui eux, sont restés sur le terrain, d’être des vendus, des collabos à la solde du RPT/UNIR. « Seul Atchadam fait peur au pouvoir, c’est pourquoi il a dû s’exiler pour préserver sa vie ». Salir les autres pour justifier le manque de courage de son chef ; voilà une illustration des pratiques dégoutantes auxquelles s’est livré le PNP. C’est simple. Il fallait y penser, n’est-ce pas ?

TogoWeb

Publicités


Publicités


Source : Togoweb.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.