CEDEAO/Libre circulation : Faure Gnassingbé dans le virtuel, Patrice Tallon dans le concret

374

La libre circulation des biens et des personnes dans l’espace CEDEAO est une gageure. Elle est jonchée de tracasseries aux postes des frontières. Faure Gnassingbé fait le show pour y remédier alors que son homologue béninois s’attaque au mal à la racine.

Faure Gnassingbé en « invité-surprise, » a visité Kodjoviakopé le jeudi 8 juin dernier pour, dit-on, constater de visu l’effectivité de l’application du principe de libre circulation des personnes et de biens sur la frontière Togo-Ghana.

Selon les informations officielles, il s’y est rendu pour avoir une idée sur les conditions de traversée des frontières. A l’issue de sa visite, il précise son objectif : « Nous voulons nous assurer que les pratiques sont en totale conformité avec les textes, et c’est un premier constat ». Et d’ajouter : « Il faut poursuivre les efforts entamés par la CEDEAO pour faciliter la libre circulation des populations de tous les pays membres de cette organisation ».
Seulement, c’est un secret de Polichinelle de dire que les tracasseries au poste frontière sont justement un business qui nourrit les douaniers, policiers et autres agents. Faure Gnassingbé, le 8 juin 2017 dernier, donne l’impression de n’être jamais au courant de ce qui se passe sur cette frontière où les gens éprouvent d’énormes difficultés dans la traversée. Il y a un système d’arnaque et de corruption installés par des agents véreux sur les lieux. Tout porte à croire que c’est maintenant qu’il le sait, le découvre.

En réalité, les conditions difficiles de traversée existent depuis toujours. Il faut donc lui trouver des solutions. En la matière, Patrice Tallon, lui, a une longueur d’avance sur son homologue togolais.

En effet, le président béninois, vient de limoger une partie des agents béninois de la douane de Hilla-Condji pour corruption. Un geste fort qui démontre sa volonté de faire en sorte que la circulation dans la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Ouest soit une réalité. Une action concrète à même de décourager les douaniers, ou policiers récidivistes.

Entre les deux présidents, l’un affectionne le show médiatisé, l’autre préfère des actes.

A.H.

www.icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here