Bradage des sociétés d’Etat : Le Togo cède la NSCT à OLAM

Après la privatisation du groupe TogoCom avec toutes ses conséquences, le gouvernement togolais vient de céder la NSCT à OLAM. Voici l’exposé des motifs de cette cession présentée hier à l’Assemblée Nationale.

LE PREMIER MINISTRE

PROJET DE LOI N° PORTANT AUTORISATION D’OUVERTURE DU CAPITAL DE LA NOUVELLE SOCIETE COTONNIERE DU TOGO (NSCT)

Adopté par le Gouvernement

Article premier: Est autorisée la cession au secteur privé de tout ou partie des actions détenues par l’État dans le capital social de la Nouvelle Société Cotonnière du Togo (NSCT).

Article 2 : La présente loi abroge toutes dispositions antérieures contraires.

Article 3 : La présente loi sera exécutée comme loi de l’Etat. Fait à Lomé, le ,23 JUIN 2020

LE PREMIER MINISTRE

EXPOSE DES MOTIFS

PROJET DE LOI AUTORISANT LA PRIVATISATION DE LA NOUVELLE SOCIETE COTONNIERE DU TOGO (NSCT)

Excellence, Monsieur le Président de la République,

Dans le cadre de la mise en œuvre du plan national de développement (PND 2018-2022), notamment l’axe 2, le gouvernement a opté pour le développement de pôles de transformation agricole selon 1 approche chaînes de valeur en vue de l’amélioration de la productivité pour atteindre la sécurité alimentaire, l’équilibre ce la balance ‘commerciale agricole, la création massive d’emplois décents pour les jeunes et l’augmentation des revenus des producteurs.

A cet effet : le gouvernement a entrepris une démarche visant à augmenter substantiellement les revenus des producteurs et à transformer les produits localement dans les filières stratégiques telles que le coton afin d’assurer la création d’emplois le long des chaînes de valeur au niveau du service conseil des usines, des parcs logistiques et de transport etc. Ceci devrait induire aussi l’augmentation des superficies et du nombre de producteurs dans ces filières.

Ainsi, pour le volet production du coton, les objectifs poursuivis sont entre autres:

  • doubler les rendements par une amélioration des itinéraires techniques en exploitant les résultats des cartes de fertilité des sols initiée par le Gouvernement, à savoir:
  • optimisation de l’utilisation des intrants (engrais et pesticides);
  • recensement systématique des producteurs et des parcelles afin d’optimiser entre autres, offre de services devers:
  • renforcement de la recherche et développement pour l’adaptation des semences performantes aux différentes zones agro écologiques;
  • renforcement de l’offre de travaux agricoles par une mécanisation raisonnée à travers la culture attelée et la motorisation pour permettre d’assurer aux agriculteurs la disponibilité d’une source de revenu supplémentaire à travers des noyaux d’élevage bovins et les prestations de service tout en renforçant leurs performances, ceci en réduisant le pourcentage des superficies travaillées manuellement (estimé à 55-60%) en vue de réaliser un gain en temps et la dépendance par rapport aux contraintes d’installation des pluies, entre autres;
  • raffermissement de l’encadrement avec- un ratio d’appui conseil avec un (1) conseiller agricole pour 400 producteurs contre un (1) conseiller pour 1300 environ actuellement, renforcer la fourniture des information météo et également délivrer des conseils adaptés via des solutions digitales;
  • promotion des assolements avec des cultures de légumineuses permettant de réduire la concurrence entre les cultures, et enrichissant le sol avec la matière azotée et organique ainsi que d’améliorer les revenus des producteurs;
  • promotion de 1’élevage bovin pour la culture attelée – et la fourniture du lait afin d’assurer une permanence de revenus pour les petits producteurs;
  • moderniser l’outil industriel afin d’améliorer la collecte du coton et les performances d’égrenage;
  • développer la marque ‘’coton made in Togo’’ afin de jouir d’un différentiel de prix par rapport à la qualité.

En ce qui concerne les facteurs critiques, le partenaire stratégique devra œuvrer avec l’Etat pour:

  • assurer la sécurisation de l’approvisionnement en intrants en vue de rendre disponibles à temps, en quantité, en qualité des semences, des engrais, des pesticides et des services de mécanisation dont ont besoin les producteurs;
  • réaliser l’aménagement de pistes afin de contribuer au désenclavement de certaines zones de production cotonnière tout en desservant d’autres spéculations agricoles, facilitant le transfert de la production vers les centres d’agrégation et les unités de transformations;
  • garantir dans une certaine mesure un prix planche rémunérateur sur une période aux producteurs.

Pour l’atteinte des objectifs ci-dessus énumérés, la recherche d’un partenaire stratégique de renom s’impose.

Ainsi, le Groupe OLAM, un acteur majeur de renom international, qui intervient. Depuis quelques années dans certains- pays-africains-et- notamment dans la sous-région et qui a développé des approches dont les résultats sont probants a été approché pour s’inspirer de ses meilleurs pratiques et expertise dans le domaine de l’agro- industrie. En conséquence, il a été organisé un voyage d’échange d’expériences du 11 au 13 mars 2020 en Côte d’Ivoire et au Tchad, deux des pays où le Groupe OLAM opère à la grande satisfaction des Autorités publiques et des intervenants du secteur agricole.

Les centres d’intérêt de la mission ont porté sur toute la chaîne de valeurs, de la production à la transformation tien en produits finis ou semi-finis à consommation directe ou intermédiaire. Ainsi, les acteurs nationaux ont-ils pu apprécier les modalités de collaboration, tant avec les acteurs à la base que sont les producteurs, qu’avec les entreprises existantes et les structures d’encadrement.

Des rencontres de restitution ont été organisées à l’attention, aussi bien des producteurs de coton que du personnel de la NSCT II en ressort que les acteurs ont marqué leur accord pour l’entrée d’un partenaire stratégique, notamment le Groupe OLAM au sein de la filière pour induire un développement substantiel et durable. Cette entrée en partenariat devra se faire par la cession d’une partie de la participation de l’Etat dans le capital de la NSCT

Tout en cédant une partie de la participation de l’Etat dans le capital de la NSCT, l’Etat veillera à préserver et à protéger les intérêts des acteurs à la base que sont les producteurs et des travailleurs.

Les principaux indicateurs de performances sur lesquels l’accent sera mis afin de garantir une amélioration déterminante de l’ensemble de la filière sont:

  • l’augmentation substantielle du revenu des cotonculteurs dans, trois ans;
  • l’amélioration du rendement de la production. 600 kg ha aujourd’hui peur atteindre un niveau de performance d’au moins SCO à 1 000 kg/ha sur le court terme, avec le développement de la culture attelé et de noyaux d’élevage, en association avec d’autres spéculations telles que le soja et les cultures maraîchères au profit des producteurs vulnérables;
  • le renforcement du parc industriel;
  • la participation à la recherche développement pour une optimisation du schéma cultural, de l’utilisation des intrants et Appui conseil entre autres: l’implication de la réhabilitation des pistes rurales cotonnières pour améliorer la collecte du coton graine et participer également au désenclavement des zones de production agricole.

En outre, dans son plan d’investissement le groupe OLAM ambitionne la transformation du coton avec l’implantation des usines textiles au Togo.

L’adoption du présent projet de loi permettra à l’Etat, conformément à la loi n°2014-014 du 22 octobre 2014 portant modernisation de l’action publique de l’Etat en faveur de l’économie, modifiée par la loi n:2018-017 du 10 octobre 2018, de rentrer en négociation avec le Groupe OLAM en vue de lui céder tout ou partie de sa participation dans le capital de la NSCT.

Le présent projet de loi est composé de trois (03) articles:

  • l’article 1 er autorise la cession au secteur privé de tout ou partie des actions détenues par l’Etat dans le capital social de la Nouvelle Société

Cotonnière du Togo (NSCT);

  • l’article 2 abroge les dispositions antérieures contraires;
  • l’article 3 traite de 1 exécution.

Tel est. Excellence, Monsieur le Président de la République l’objet du présent projet de loi que nous avons 1’honneur de soumettre à votre haute approbation.

Source : L’Alternative / Presse – Alternative.info

Source : 27Avril.com