Bénin: fétiches et militaires terrorisent les populations à Tchaourou

113

Depuis le lundi 10 juin 2019, des manifestations violentes secouent le Bénin notamment dans la ville de Tchaourou au Nord. Ces manifestations ont conduit au blocage de la circulation sur 10km de la route inter-état Cotonou-Parakou. Le gouvernement a décidé d’une opération de libération qui a été confiée uniquement à l’armée béninoise.
Une unité inter armée (armée de terre, marine, armée de l’air) a été envoyée en renfort. Arrivée dans l’après-midi du jeudi au niveau de Papané, à 10 km de Tchaourou, l’armée a dégagé des fétiches qui se trouvaient sur la voie.

Regain de violence

A Tchaourou, elle a fait face à la réaction des manifestants avec des échanges de tirs. On signale plusieurs blessés dans les deux camps. Le calme est revenu après 20 heures (heure béninoise). L’armée est toujours sur les lieux avec son matériel. Aujourd’hui elle va certainement s’attaquer à la libération de la voie. Depuis lundi dernier où la tension est montée, les populations vivent dans la peur. Elles ne peuvent plus vaquer à leurs occupations. Le marché de la ville est fermé, la mairie ne fonctionne pas. Les femmes sont en réclusion du fait de la sortie du Oro (un fétiche interdit aux femmes). Les populations dorment avant 21heures (heure béninoise).

Un mort et des blessés à Savè

Les renforts qui allaient à Tchaourou ont fait une escale de deux heures à Savè, le temps du rassemblement. Selon le maire de Savè, Timothée Biaou, joint au téléphone dans la nuit d’hier par Frisson radio, à la vue de ces éléments de l’armée, la population a cru qu’ils étaient venus pour procéder à des arrestations. Elle a bloqué la route et s’en est suivi des affrontements. On parle de blessés graves au niveau de la population que dans le rang des éléments de l’armée. «Il y a eu un mort parmi les civils qui étaient des spectateurs au bord de la voie», a relevé le maire qui précise qu’ «un garçon a eu la jambe fracturée». Des négociations sont en cours pour identifier les meneurs de cette fronde.

Dégâts matériels

Les affrontements entre manifestants civils et forces de l’ordre dans la ville de Tchaourou ont laissé des traces non négligeables. Selon le Colonel Spéro Goutchola, il y a eu des dégâts matériels et corporels. « Des maisons ont été brûlées, des boutiques incendiées, un commissariat de la localité a été littéralement brûlé. Nous avons également des véhicules gros porteurs qui ont été vandalisés, les pneus dégonflés et mis sur la voie pour empêcher la circulation », a-t-il fait savoir.

Affrontement dans la ville de Savè

Selon les informations qui nous sont parvenues ce matin, les habitants de la ville Savè ont passé une nuit blanche dans la nuit du 14 au 15 juin. Les affrontements se sont poursuivis entre les forces de l’ordre et les chasseurs cette nuit. Selon la même source, la situation est plus que tendue. Il y’ a eu échanges de tire à balles réelles aux armes lourdes des deux cotés.

Écoutez l’intégralité de l’élément sonore:

 


Image: France 24

Source : Togoweb.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here