Augmentation de frais de péage : quand le Togo refuse de prendre l’exemple du Ghana

Publicités

Alors qu’au Ghana voisin les autorités ont décidé de supprimer les postes de péage, et ce, dès jeudi 18 novembre 2021, les Togolais, chez eux, doivent payer plus cher les frais de péage et même pour les engins à deux et trois roues.

Lire aussi : Togo : les entrepreneurs privés au radar de l’OTR

Les postes de péages sont du lot des mécanismes de mobilisation de ressources financières dans le secteur des transports. Nombreux sont ces pays qui s’arc-boutent à la collecte des fonds dits d’entretien routier, sans calculer les conséquences et impacts de ces postes de péage sur le flux financier. Non seulement ils ralentissent la circulation et créent les embouteillages mais aussi ils promeuvent la pollution de l’air avec les gaz avec effets de serre que les échappements des véhicules lâchent dans la nature.

Publicités

Conscience de l’ampleur des dommages qui priment sur les intérêts, le Ghana décide de leur suppression.

Publicités

Ainsi donc les postes de péage sont supprimés sur les ponts et routes du Ghana.

La décision date seulement de mercredi 17 novembre 2021 et est entrée en vigueur déjà le jeudi 18 novembre 2021.

Lire aussi : Togo : qui est Degla Essenouwa, le nouveau Directeur Général de la CEET ?

Pour combler le manque à gagner, le gouvernement ghanéen par la voix de son ministre en charge des finances a annoncé que les postes de péages sont devenus des marchés malsains qui font traîner les usagers des routes dans de vrais embouteillages avec des conséquences négatives sur les activités et la vie des citoyens ghanéens. Avec leur suppression, « le manque à gagner sera compensé par l’impact attendu sur la productivité et la réduction de la pollution environnementale ».

Les ressources humaines affectées à ce secteur seront donc déployées à d’autres postes dans la fonction publique.

Au moment où le Ghana réfléchissait à la suppression des postes de péage, le Togo son voisin non seulement procède à l’augmentation des frais mais les élargit aux moteurs à deux et trois roues. La décision suffoque les populations qui vivent sous le coup de la vie chère, mais ne disent rien au régime en place qui ne pense qu’à soigner les comptes bancaires de ses supers militants, au détriment de l’appauvrissement davantage des pauvres populations.

Publicités


Publicités


Source : Togoweb.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.