Au Togo les journalistes arrêtés pour avoir critiqué deux ministres, restent en prison

Les directeurs de publication des journaux L’Alternative et Fraternité, Ferdinand Ayité et Joël Egah, aux arrêts depuis le 10 décembre, ont été transférés vers la prison civile de Lomé. Les charges retenues contre eux sont « outrage à l’autorité » et « propagation de propos mensongers sur les réseaux sociaux ».

Lire aussi:Au Togo, le Journal de Ferdinand Ayité est dans le collimateur des proches de Faure depuis

Jusqu’au vendredi 24 décembre après-midi, Ferdinand Ayité et Joël Egah étaient détenus par la BRI, la Brigade de recherche et d’investigation. Ils ont été arrêtés pour avoir critiqué deux ministres du gouvernement (le ministre de la Justice et celui du Commerce) lors d’une émission diffusée sur YouTube.

Leur avocat Me Elom Kpade s’est exprimé : « Depuis deux semaines, la situation de mes clients est restée statique, çà n’a pas vraiment bougé. Les deux demandes de libération provisoire que j’aie introduites dans ce dossier ont toutes été rejetées. Donc, nous sommes en attente d’un procès futur, futur et imminent. Je reste toujours confiant que mes clients seront libérés parce que les arguments et les moyens que nous avons toujours mis en avant depuis le début de la procédure sont des arguments de droits, sont des arguments qui ont une assise juridique bien précise, contrairement à ce que nous voyons au niveau du parquet qui s’est précipité pour se jeter à l’eau dans ce dossier, alors qu’à sa disposition, le parquet ne dispose que d’un élément objectif lui permettant de rentrer en poursuite contre mes clients. Nous sommes fermes, nous sommes sereins. Nous attendons que le dossier soit rapidement programmé pour l’audience, ce qui nous permettra d’y aller et de dire toutes les vérités. »

Nous sommes fermes, nous sommes sereins!

Avec Rfi.fr



L’entrée du Palais de justice de Lomé (Image d’archive). AFP – EMILE KOUTON

Source : Togoweb.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.