Art:De la danse traditionnelle vers une danse de création

A travers un projet dénommé «Danse Traditionnelle et Création D’aujourd’hui »,une formation est donné à Lomé, à l’endroit des danseurs togolais.

Premier projet sur le plan formation, cette initiative est portée par l’association Sol’ Œil d’Afrik, avec l’appui des partenaires à l’échelle nationale et internationale.

«Danse Traditionnelle et Création D’aujourd’hui », cette formation réservée aux danseurs du Togo est démarrée le 19 février dernier. Elle prend fin le 03 mars prochain avec deux restitutions : Une première le 02 mars 2018 à l’Institut français de Lomé.

Elle sera suivie de la présentation de «Entre ciel et Terre », une pièce du Togolais Kossivi Sénagbé Afiadegnigban, Fondateur et Directeur Artistique de l’association Sol’ Œil d’Afrik. Enfin la seconde restitution, ouverte au public cette fois-ci le 03 mars à Agoè.

« A travers cette formation on a envie d’apporter un coup de main aux danseurs en terme de promotion, diffusion, appui et conseils. Nous avons eu à initier de petits projets dans le temps mais le présent projet est le plus grand depuis que l’association est née. Nous sommes la dernière génération des danseurs encore au pays, nous sommes ancrés dans la question de la relève, pour assurer un meilleur lendemain de la danse au Togo. Je suis également ancré dans la danse traditionnelle malgré qu’on est dans un monde en permanente mutation, je fais le lien entre la danse traditionnelle et la danse de création, d’où le terme de cette formation « Danse Traditionnelle et Création D’aujourd’hui ». Un moyen également de revaloriser la danse traditionnelle car elle doit être la base de nos créations pour qu’elle puisse intéresser sur le plan local, africain et mondial », a déclaré Kossivi Sénagbé Afiadegnigban.

Pour Isabelle Maurel, Danseuse-Chorégraphe française, le corps humain est source d’inspiration. Son écoute attentive pourrait amener à la création.

« J’ai essayé de faire comprendre aux participant de l’atelier que notre corps est sacré quel qu’il soit et qu’on pouvait chacun y trouver les ressources de l’énergie créative. En asseyant de mieux comprendre son corps et l’aspect rigueur de l’énergie dans le corps on pouvait aller à la création de nouveaux mouvements. C’est là où je pense qu’il y a un lien entre la danse traditionnelle, la danse rituelle, de connexion et la danse de création », a-t-elle déclaré.

Pour rappel Sol’ Œil d’Afrik est crée en 2015 et se veut pour mission de contribuer à la valorisation et à l’enrichissement du patrimoine culturel africain à travers la danse.

Edem (Stagiaire)

Source : www.icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.