ARASA : Ces diasporiques qui contribuent et construisent

Bouladè est l’un des 6 cantons de la préfecture d’Assoli dans la région de la Kara. Dressé le long de la Nationale n°1, ce canton est nanti d’une école primaire de 270 élèves et d’un collège d’enseignement général de 250 élèves, deux structures érigées en face d’une Unité de Soins Périphériques USP qui reçoit en moyenne 150 patients dans le mois, et qui ne dispose pas d’une pompe d’eau. Depuis samedi 17 mars 2018, ce n’est plus le cas. Les patients admis dans ce centre de santé, peuvent disposer de l’eau potable à satiété, ne serait-ce que pour prendre un comprimé de paracétamol.

C’est dans une ambiance festive, teintée de remerciements, de paroles de satisfaction et de fierté, que les populations, debout derrière les leaders et dignitaires de la localité, ont réceptionné un forage électrique tout neuf d’une profondeur de 80 mètres assorti d’un tank d’une capacité de 2 000 litres d’eau. Le dispositif va desservir le centre de santé, et toutes les populations riveraines qui manquent cruellement d’eau.

Le bienfaiteur n’est autre qu’un enfant du milieu, de plus en plus connu à son penchant pour les œuvres sociales : ARASA (Association des Ressortissants d’Assoli en Amérique) que représentait M. Aboubakar Amadou, président du nouveau bureau de cette organisation diasporique des fils et filles de la préfecture d’Assoli. Pour environ 4 millions de F CFA sur fonds propres issus des cotisations mensuelles des membres de l’association, l’ARASA s’est pour une deuxième fois investie à venir en secours au canton de Bouladè qui ne savait pas où donner la tête pour étancher sa soif, quand par les grands jours ensoleillés des saisons sèches, les rigoles et les puits tarissent.

«Quand l’infirmier prescrit un médicament à un malade, il faut nécessairement de l’eau pour le prendre. L’eau c’est la vie»,s’est réjoui le chef du canton de Bouladè, M. Ali Adam Kassimou qui s’est empressé de mettre en place un comité de gestion du forage dressé devant l’USP du canton. Les bénéficiaires ont bien sûr remercié et béni leurs enfants donateurs, promettant de gérer ce forage avec grands soins.

ARASA ambitionne une réalisation sociale par an dans un canton de la préfecture d’Assoli

«Nous n’avons pas oublié les difficultés laissées derrière, nous fils et filles originaires de cette préfecture qui vivons en Amérique» a décliné M. Aboubakar Amadou. Il a souligné que l’ARASA n’en était pas à sa première réalisation, relevant la réfection d’un bâtiment du CEG de Bafilo à hauteur de 3 millions de F CFA, la construction d’un premier forage à Koumondè en 2017 sans oublier des dons de médicaments et autres à l’actif de l’ARASA en si peu de temps.

«Notre ambition est de pouvoir réaliser une œuvre sociale par an et par canton de la préfecture d’Assoli» a-t-il renchéri. La cérémonie de remise du joyau à la population a connu la participation du représentant du préfet d’Assoli Mr. Tchagafo. Une grande pluie a arrosé la localité, une sorte de bénédiction divine à l’investissement de l’ARASA qui semble aujourd’hui la seule organisation diasporique du Togo qui s’illustre dans les actes, qui valent mieux que les communiqués et les discours. ARASA fait sa part.

A. Lemou

Source : www.icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.