« Après m’avoir abandonnée avec nos 4 enfants, mon mari a vendu notre maison »

0

Je me suis mariée à un homme il y a de cela 25 ans. Nous avons eu 4 enfants dont 2 garçons et 2 filles. Nous nous sommes mariés sous le régime de la polygamie, biens séparés. Avant notre mariage, il s’était marié à une autre femme avec laquelle ils ont eu deux enfants.

Moi, j’ai fait des études jusqu’au secondaire, j’ai appris a faire également la couture, mais mon mari a refusé que je travaille sous prétexte qu’il peut bien assurer les charges de la famille et qu’il préfère que je sois femme au foyer pour s’occuper  de lui et de la maison . Nos enfants partent toujours à l’école, deux d’entre eux sont étudiants à l’université. Mes soucis ont commencé quand notre première fille est tombée enceinte et que mon mari m’a dit qu’il ne veut plus la voir avec l’enfant  bâtard qu’elle porte dans son ventre.

Malheureusement, le gars qui a enceinté ma fille, refuse de la « prendre » chez lui. Le jour que notre fille a accouché et qu’elle est revenue à la maison, mon mari a disparu du foyer conjugal et n’est plus revenu. Quand la nuit fut tombée, je l’ai téléphoné et il m’a dit de ne plus l’appeler, qu’il ne remettrait plus les pieds à la maison tant que notre fille y vivra avec son bébé. En tant que mère, je ne peux pas me permettre de mettre ma fille dehors dans la rue parce qu’elle a une grossesse « irrégulière ».

Même quand nos enfants l’appellent au téléphone, il refuse de répondre. Ne travaillant pas, c’est bien mon mari qui faisait toutes les dépenses de la maison y compris les frais de scolarité des enfants. Aujourd’hui, je ne sais pas où il vit, alors que nous n’avons rien comme vivres pour notre « survie» ; même pour manger, c’est tout un problème pour nous.  Cela fait plus de 6 mois que mon époux a abandonné le domicile conjugal.

Un jour, un homme est venu me voir à la maison avec des papiers et m’a informé que mon mari lui a vendu notre maison. Je lui ai rétorqué que ce n’est pas vrai. Quand j’ai appelé mon époux pour en savoir davantage, il a confirmé les dires du gars en soutenant qu’il a bel et bien vendu notre maison. Il a acquis la maison avant notre mariage et c’est dans ladite maison qu’il vivait avec sa première femme. Mais depuis que nous y vivons, il y a eu beaucoup de modifications. Je ne sais quoi faire et où donner de la tête. Que puis-je faire pour ne pas sortir perdante dans cette affaire ?

Une femme désespérée

La première grande erreur que vous avez commise, a été de refuser de travailler sous prétexte que votre mari s’y opposait. Le travail est le premier mari de la femme, et il libère bien l’être humain. C’est une erreur à ne plus commettre. Je trouve que votre époux a trouvé  un prétexte qui ne vaut pas la peine. Je comprends qu’aucun parent ne veuille que sa fille tombe enceinte en étant toujours dans le giron familial, mais ce n’est pas un drame en tant que tel. Votre mari n’est pas et ne sera pas non plus le premier homme à avoir eu une fille qui a accouché sous son toit. Ce n’est pas la fin du monde. Même s’il est fâché, quitter le foyer conjugal n’est pas la solution et n’explique en rien la nécessité de vendre la maison sans vous avoir avisé et les enfants.

Et ce, sans oublier que ces derniers ne travaillent pas. Je vous suggère d’aller voir un notaire avec votre acte de mariage pour qu’il puisse mieux vous guider sur la conduite à tenir, car jusque-là, vous êtes toujours sa femme, n’étant pas encore divorcée. Votre époux n’a fait qu’abandonner le domicile conjugal. En tant que son épouse, normalement vous avez votre mot à dire pour la validité de l’acte de vente de la maison. Qu’à cela ne tienne, vous n’avez pas l’obligation de quitter la maison, car vous n’avez pas où aller. Rendez-vous également dans les services de l’action sociale pour voir comment rendre caduc l’acte de vente de la maison.

S’agissant de votre oisiveté, il n’est pas encore tard pour vous pour vous occuper et sortir du bourbier. Vous pouvez dès à présent commencer à faire un petit commerce, notamment vendre des fruits ou des beignets, car à la longue, les gens seront fatigués de vous soutenir pour vos besoins. Vos enfants aussi, à leur temps libre, peuvent faire de petits boulots, car actuellement  la situation le commande. La vie de nos jours est devenue difficile et compliquée au point que les gens ne s’entre-aident plus. Soyez forte et ne vous découragez pas, c’est un défi que votre mari vous a lancé et c’est à vous de le relever. Il faut lui prouver que vous pouvez bien vous en sortir sans son aide en vous occupant bien de vous et dignement de vos enfants.

Au besoin, vous pouvez demander à vos frères et sœurs d’accueillir chacun chez eux un de vos enfants en attendant que vous puissiez voler de vos propres ailes. Dites-vous qu’il y a des femmes qui ont eu plus de problèmes que vous, qu’elles s’y sont en sorties, et que si elles ont pu le faire, vous également pouvez sortir de ce bourbier.  Comme le disait si bien la religieuse Mère Theresa, « La vie est un défi à relever, un bonheur à mériter, une aventure à tenter ». Je vous souhaite  beaucoup de courage  et je suis certain que vous surmonterez cette dure épreuve. Excellent week-end.

Source: lepays.fr

Source : Togoweb.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.