Antiterrorisme au Togo : les instructions de Faure Gnassingbé à Yark Damehame


L’hydre terroriste menace les Etats côtiers de l’Afrique de l’Ouest. Ses voisins tels que de la , en 2016, et le (en 2019) en ont été déjà victimes, mais le Togo est, pour l’heure, épargné.

Ainsi, face à la détérioration de la situation sécuritaire au Burkina Faso, les autorités togolaises affinent leur plan antiterroriste. Selon Jeune Afrique dans sa parution du jour, Faure Gnassingbé a demandé à Yark Damehame, son ministre de la Sécurité, d’accélérer le déploiement régional du Comité interministériel de prévention et de lutte contre l’extrémisme violent (Ciplev).

Les chefs coutumiers et traditionnels ­ en particulier dans la région des Savanes, frontalière avec le Burkina ­ sont mis à contribution afin de déceler d’éventuelles frustrations au sein de la population, susceptibles de la faire basculer dans la violence, poursuit la source.

Par ailleurs, nous rappelle le magazine, les forces de sécurité togolaises disent avoir intercepté une centaine de Burkinabè, soupçonnés d’être liés aux jihadistes, qui tentaient d’infiltrer le pays. Ils ont été remis à Ouagadougou.

Source : l-frii.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.