Amélioration du système de santé, un chantier phare du nouveau mandat présidentiel

Amélioration du système de santé, un chantier phare du nouveau mandat présidentiel

(Togo Officiel) – Si la lutte contre le Coronavirus s’est imposée comme la priorité n°1 du début de mandat du Président de la République, entraînant une série de mesures et d’initiatives sanitaires exceptionnelles, l’amélioration du système de santé demeure l’un des chantiers phares du nouveau quinquennat de Faure Essozimna Gnassingbé.

CLINIQUE

Ainsi, outre les actions déjà mises en œuvre ou prévues dans le cadre de la riposte au Covid-19, le n°1 togolais s’est engagé à initier de nombreux projets. Sur le plan infrastructurel, des projets de modernisation des Centres hospitaliers régionaux (CHR) sont prévus, tout comme la réhabilitation des Centres de santé communautaires (CSC), la construction de 06 nouveaux Centres de santé mère-enfant (CSME), de 100 Centres médico-sociaux (CMS) et d’un Centre national de lutte contre le cancer (CNLC).

De nouvelles initiatives présidentielles seront prises pour l’implantation de Centres de transfusion sanguine dans toutes les régions, ce qui permettra d’améliorer considérablement la disponibilité des produits sanguins labiles sur tout le territoire. Toujours dans le contexte des initiatives présidentielles, le programme de dotation de Cliniques mobiles aux préfectures lancé en février 2019, sera poursuivi. En matière de soins et de consommable médical, Faure Gnassingbé s’est engagé à équiper entre autres les structures sanitaires surtout pour le dépistage et le traitement rapides des Maladies non transmissibles.

Autre action importante attendue au cours de ce nouvel exercice, le Chef de l’Etat ambitionne de doter le personnel soignant d’un statut spécial, ceci afin d’en faire un des partenaires privilégiés du développement social du pays. Dans cette veine, des mesures drastiques seront prises pour que la fonction publique hospitalière qui bénéficiera sitôt d’une meilleure organisation et gestion internes des structures et services de santé, soit séparée de l’exercice de l’activité en profession libérale (avec une période transitoire adéquate). Centres communautaires, formations sanitaires privées ou encore officines de pharmacies seront aussi pris en compte dans cette nouvelle politique de développement sanitaire, en bénéficiant d’appuis conséquents de l’Etat.

La pratique privée dans le secteur de la santé devra être assainie et des outils adéquats seront mis en place pour veiller à une application rigoureuse de la règlementation existante en matière d’installation des cliniques privées, de lutte contre le trafic et la contrefaçon de médicaments et des produits pharmaceutiques. Ceci notamment dans la lignée de « L’Initiative de Lomé » promue en début d’année par le Chef de l’Etat.

Faure Gnassingbé, qui a placé son nouveau mandat sous le sceau de la préservation et de la consolidation des acquis, entend à travers ces engagements, améliorer significativement le système sanitaire et assurer une santé de qualité pour les Togolais, en particulier les couches vulnérables.

Source : RepubliqueTogolaise.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.