Alpha Bravo Fox Trot en approche

90

Lomé accueille depuis hier la réunion annuelle de l’Asecna (Agence pour la sécurité de la navigation en Afrique et à Madagascar, 18 Etats membres dont la France).

L’occasion pour Gnama Latta, le directeur général de l’Agence nationale de l’aviation civile (ANAC), de faire un premier bilan des activités au Togo de cette structure dont le rôle est indispensable à la sécurité du transport aérien dans une partie de l’Afrique.

De janvier à juillet, l’antenne nationale de l’Asecna a assuré le guidage radar de 6.300 avions (commerciaux, cargo, militaires) vers les aéroports de Lomé et de Niamtougou ainsi que ceux empruntant l’espace aérien togolais.

Grâce à la modernisation des équipements, les appareils sont désormais suivis par les aiguilleurs du ciel au plus près sur l’ensemble de leur trajectoire.

Gnama Latta

Le radar est un système utile à l’Asecana. Les ondes électromagnétiques, que réfléchissent les avions, sont captées par une antenne radar. Les aéronefs apparaissent alors comme des objets, ou des plots, sur l’écran radar du contrôleur. Beaucoup sont équipés d’un transpondeur, qui renvoie au radar un signal d’identification. Lorsqu’on associe ce signal aux données informatiques, les informations telles que numéro de vol, vitesse, altitude et type d’appareil s’affichent sous la forme d’une étiquette attachée au plot radar.

Parmi les évolutions également mentionnées par Gnama Latta, de meilleures prévisions météorologiques fournies aux équipages grâce aux informations satellitaires.

Republic Of Togo

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here