Affaire pass vaccinal: lieux de culte ou marchés ? les raisons d’un choix

Publicités

Dans l’affaire du pass vaccinal opposant le gouvernement et les responsables religieux, on constate avec regret que les gens opposent les lieux de culte aux marchés. Mais où est le rapport ? Peut-on comparer deux choses incomparables ?

A LIRE AUSSI: Gestion de la Covid au Togo : 40 milliards portés disparus

Ces messieurs et dames voudraient-ils qu’on ferme aussi les marchés ? Il est désolant que l’on mette la nourriture physique et la nourriture spirituelle sur le même pied d’égalité. Et lorsqu’on voit des hommes de Dieu tomber également dans ce piège, il y a lieu de se poser sérieusement des questions…

Publicités

Dans la parole de Dieu, le Tout-puissant n’a souvent pas aimé que l’on abandonne sa maison. Mais, même en ces moments, il y a eu des situations au cours desquelles les adorateurs de Dieu ont été contraints de ne pas se rendre dans la maison de leur Père et cela pour longtemps. D’ailleurs, lorsqu’il était sur terre, le Christ a clairement fait comprendre que le lieu n’est pas forcément nécessaire. Ce qui compte c’est d’adorer Dieu avec « l’esprit et la vérité ».

Publicités

Loin de nous l’idée de vouloir faire un cours de théologie ou une étude biblique ici. Mais, encore une fois, la parole de Dieu reconnait la nécessité de se réunir. Cela a son importance.

A LIRE AUSSI: Pass vaccinal devant les lieux de culte : la police déployée sur les lieux ?

Toutefois, face à un problème de santé publique, une pandémie dangereuse, l’on peut également, sur la base du respect de la vie humaine que nous impose la Bible et sans doute aussi le Coran, ne pas s’empresser de vouloir reprendre les cultes en présentiel. À moins qu’il y ait d’autres intérêts derrière cet empressement.

Maintenant si les spécialistes de la santé, qui maîtrisent l’épidémiologie et qui sont les mieux avertis en la matière nous proposent une solution médiane pour une réouverture prudente, ne faudrait-il pas les écouter ? Malheureusement, ce sont les chefs religieux qui devraient se montrer responsables qui entretiennent des polémiques sans fondements autour des vaccins, des polémiques véhiculées par des individus qui se cachent qui, ils sont réellement. Est-ce vraiment judicieux ?

Au même moment, d’autres religieux prennent des dispositions pour que leurs fidèles soient vaccinés en invitant des équipes de vaccination dans leurs lieux de rassemblement. Voilà ce que devraient faire toutes les églises et mosquées qui sont pressées de rouvrir. Les églises sont des endroits bien organisés comme argumentent certains. Mais on sait aussi que dans l’effervescence de la prière, de l’adoration et d’autres formes de dévotion, on peut rapidement oublier que nous sommes dans une situation de pandémie.

A LIRE AUSSI: [Secret de Palais] : la chasse à l’homme contre Agbéyomé est ouverte

La réclamation du pass vaccinal à l’entrée des lieux de culte n’est pas une mauvaise chose. La santé physique et la santé spirituelle sont complémentaires. Il revient aux responsables religieux de sensibiliser leurs fidèles à aller se faire vacciner sans toutefois obliger personne. Mais celui qui ne veut pas se faire vacciner, peut continuer à rendre son culte à Dieu à la maison. Si ce culte est sincère, le créateur ne manquera pas de lui prêter attention.

En ce qui concerne les marchés, c’est le moindre mal. C’est ce que nous avons en commun au-delà de nos différentes chapelles religieuses. Tout le monde sait que fermer ces endroits serait suicidaire pour la population. Il faut juste prendre des mesures pour que les gens respectent les mesures barrières et se fassent vacciner. Ce sont des endroits où les gens ne s’attardent pas souvent, en dehors bien sûr des commençants, commerçantes, transporteurs etc…

A LIRE AUSSI: Confidentiel: la fortune personnelle des Gnassingbé enfin dévoilée!

Et on sait aussi que la plupart des personnes qui vont dans les marchés se retrouvent ensuite dans les mosquées, églises etc… Alors, cibler les lieux de culte est donc logique. Les responsables religieux devraient prendre des dispositions pour coopérer. Le ministre en charge des cultes, Payadowa Boukpessi a dans un communiqué, repoussé la date d’entrée en vigueur de cette disposition.

À partir du 10 décembre 2021, vendredi prochain donc, les membres du Groupe mixte de sensibilisation (GMS) veilleront au respect scrupuleux de cette mesure. Les préfets sont appelés à garantir cette application. Nous vivons une situation exceptionnelle et les gens ne devraient pas l’oublier. Même si nos pays sont relativement peu touchés, il ne faut pas tomber dans la négligence. Nul ne sait ce que réserve l’avenir et les Togolais devraient y penser souvent, les responsables religieux en premier.

Togo Matin No 983

Publicités


Publicités


Source : Togoweb.net