Abidjan, capitale mondiale du cacao

11

La 100e session du Conseil international du cacao (ICCO) s’est ouverte mardi à Abidjan.

L’objectif de cette réunion est de définir des stratégies de sauvegarde de la filière café-cacao, et surtout de prendre des mesures effectives pour l’amélioration du prix de ces produits afin d’en faire profiter les producteurs.

Sur les 100 milliards de dollars que génère l’industrie du cacao seulement 5% reviennent aux producteurs.

Philippe Fontayne, le président du ICCO plaide pour une répartition équitable des revenus issus du cacao.

La Côte d’Ivoire et le Ghana qui enregistrent les deux tiers de la production mondiale mettent au centre de leur réflexion le revenu décent à attribuer aux producteurs, avant la fixation des prix de vente de leur production sur les marchés internationaux.

Les principaux importateurs européens ont décidé de créer une alliance pour le revenu vital, qui devrait continuer à promouvoir l’amélioration du revenu des paysans.

Lors de ces assisses, les officiels ivoiriens ont rendu hommage au Togo pour avoir permis de délocaliser le siège de l’ICCO de Londres à Abidjan il y a 4 ans.

Un choix que l’on doit au travail de lobbying intense mené par Enselme Gouthon, le secrétaire général du Comité de coordination pour les filière Café et Cacao du Togo (CCFCC).

M. Gouthon participe à la réunion d’Abidjan.

Republic Of Togo

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here