A un gouvernement mythomane, des citoyens « négationnistes »

« Un dirigeant qui ment tout le temps, ment
aux autres, ment à la patrie, finit vite par se mentir à lui-même, et
s’embourbe dans ses mensonges
» (Jean-Baptiste Placca)

Le monde fait face aujourd’hui à une grave
crise de santé publique. « Un mal, parti de la Chine, qui répand la
terreur, mal que le Ciel en sa fureur, inventa pour punir les crimes de la
terre. Le coronavirus, puisqu’il faut l’appeler par son nom, capable d’enrichir
un jour l’Achéron, fait aux humains la guerre».

Presque tous les pays sont touchés. Des
plus grands aux plus petits, aucun Etat n’est épargné. Le Togo, notre nation,
l’or de l’humanité vient d’enregistrer son premier cas de coronavirus.
« Une dame, reçue en consultation, présentait des signes évoquant une
grippe au coronavirus, à savoir une fièvre, un mal de gorge et des maux de
tête. Les prélèvements effectués et analysés au laboratoire national de
référence le 05 mars 2020, ont révélé un résultat positif au coronavirus »,
a indiqué le gouvernement samedi 6 mars 2020.

Chose incroyable, cette annonce, au lieu
de susciter angoisses et appréhensions au sein de la population, produit plutôt
l’effet contraire: pessimisme et doute. Une grande majorité des Togolais en
effet ne croient pas en la sincérité du régime de Faure Gnassingbé quant au cas
du virus apparu dans notre pays. Un fait qui confirme le caractère singulier,
atypique de ce pays pris en otage par une seule famille depuis 53 ans.

Ce déni de la
réalité d’une crise de portée pourtant mondiale, a choqué dans certains
milieux. Pourtant cette réaction des Togolais est prévisible et même
compréhensible. Et pour cause, il règne au sommet de l’Etat togolais de
l’étique éthique, une crise de moralité, en somme. La vérité, la franchise, la
sincérité ne sont pas des qualités essentielles chez les thuriféraires du
régime. Depuis des années, le pouvoir a habitué les Togolais aux contrevérités.
Le mensonge, l’altération, la déformation des faits sont devenus le mode de
gouvernance au Togo. Ceux qui ont en charge la conduite des affaires publiques
ont cette fâcheuse manie de mentir en tout et sur tout, que plus personne ne
les croit. Un Etat mythomane.

La première hypothèse
qui conforte les Togolais dans leur doute est liée à la défaillance du système
de santé. On le sait, au Togo, le système de santé est embryonnaire. Les
hôpitaux manquent de tout, d’infrastructures et d’équipements à même de
détecter le virus. Comment et dans quelle structure sanitaire le virus a été
diagnostiqué? C’est la question que se posent nombre de Togolais.

Secundo, l’appel
de pied, très intéressé, lancé expressément par le gouvernement à l’endroit de
l’Organisation mondiale de la santé (OMS), a accru le doute chez les
populations. « Je remercie l’OMS pour ses appuis multiformes et les
dispositions qu’elle prendra pour soutenir le Togo à faire face efficacement à
cette épidémie », écrit le ministre de la Santé, Prof Moustafa Mijiyawa.

Pour un
gouvernementqui, moins d’une semaine plus tôt, clamait sa souveraineté et
fustigeait la vassalisation du Togo et l’ingérence extérieure dans le processus
électoral, il n’en fallait pas plus pour crier haro sur le Baudet. Très vite,
l’annonce officielle du virus vire à l’ironie sur les réseaux sociaux.
« Le 04 mars, la Banque Mondiale annonce un soutien de 12 milliards USD aux
pays concernés par le coronavirus. Le lendemain, un cas est détecté au
Togo », raillent des internautes.

Il a fallu l’intervention d’un opposant au régime pour calmer les ardeurs et rendre cette affaire plus sérieuse. Comme le dit si bien Jean-Baptiste Placca, « aucun peuple ne supporte durablement les menteurs. » Faure Gnassingbé et son régime apprennent à leurs dépens à bricoler avec le destin des Togolais et à leur mentir effrontément.

Médard AMETEPE

source : Liberté

Source : TogoActu24.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.