Vérités et mensonges sur le sommet de Lomé

138

Dans le contexte de sécurité renforcée dans la capitale togolaise, rumeurs et vérités s’entremêlent sur les consignes organisationnelles et les mesures de sécurité.

D’aucuns arguent que Lomé est immobilisée et que même les activités économiques des citoyens lambda sont bloquées. D’autres encore soutiennent que les routes sont bloquées et qu’il est impossible de vaquer librement aux occupations quotidiennes.

Un tas de dires exagérés, voire mensongers, peut-être motivés par une frustration née de la prépondérance des forces de sécurité à tous les coins de rue avec des barrages de sécurité ici et là.

Mais il faut le dire, le sommet ne fait pas obstruction au déroulement quotidien des activités, d’autant plus qu’on est à une semaine de la rentrée scolaire et même universitaire.

Pour ceux qui travaillent dans des zones abritant les activités du sommet, ils passent aisément avec un badge professionnel. Les riverains aussi obtiennent quitus des forces de sécurité, bien sûr après quelques vérifications.

Quelques photos prises au parking du CASEF, juste à côté du Radisson Blu 2 Février en sont témoins. A 7 heures ce matin, tout le monde est arrivé au travail en dépit des barrières sécuritaires en ville.

Il n’est pas exclu que certaines voies soient complètement réservées aux cortèges des officiels d’ici demain. Cela peut accroitre les embouteillages sur d’autres artères.

Toutefois, Lomé bouge et les activités quotidiennes n’auraient pas de raison de tourner au ralentis, selon le constat fait après un tour en ville ce lundi matin.

A.L

icilome.com