Un « zedman » braqué au niveau du camp d’Adidogomé

57
Image illustrative

Dimanche dernier aux alentours de 19 heures, un conducteur de taxi-moto (Zedman), a été braqué dans les encablures du Camp d’Adidogomé.

Tout indique que les braquages et les vols à mains armées ont encore de beaux jours devant eux au Togo. Agbé, conducteur de taxi-moto, a été braqué au nez et à la barbe des militaires du camp d’Adidogomé.

Selon la victime, malgré ses cris, personne ne lui a prêté main forte, hormis un autre zedman qui passait fortuitement. Ce qui a fait détaler le braqueur.

« J’ai pris le monsieur depuis Agoè et nous avons fait des courses depuis 18h jusqu’à 19h. Nous sommes partis aussi vers Adidogomé après avoir fait des tours en ville. Il m’a demandé de lui passer 4 000f puisqu’il devait payer quelque chose, mais il n’a pas de monnaie. Je lui ai remis l’argent sans hésiter. Quand nous avons quitté là bas, il me demandait combien il me doit au total. Je lui ai dit 3000fcfa plus les 4000 fcfa, en tout 7000fcfa. Il a accepté. Mais quand nous sommes arrivés au niveau des rails derrière le camp, il m’a frappé en plein visage avec un objet, m’intimant l’ordre de lui donner ma moto sinon je suis un homme mort. J’ai résisté, malgré ma douleur. Heureusement pour moi, un autre zedman passait et en voyant ses phares, il a pris la fuite. Arrivé à mon niveau, le zedman m’a dit de partir avec ma moto sinon le voleur pourrait revenir avec sa bande. En tout cas, je pourrai reconnaître son visage», a raconté la victime.
JA

Lomechrono.com