Tronçon Lomé-Vogan-Anfoin : le serment de Ninsao Gnofam à moins de 50 jours d’expiration

40

“Une chose est sûre, c’est que le gouvernement fera tout pour que la route soit finie d’ici la fin de l’année 2016”, dixit Ninsao Gnofam, le 17 juin 2016 devant les députés à l’Assemblée Nationale. Depuis lors, populations riveraines, usagers du tronçon Lomé-Vogan-Anfoin et surtout la société avaient mis en marche le compte à rebours.

Une promesse vague à dessein, mais qui peut quand même être délimitée dans le temps. La fin de l’année 2016, c’est bien au plus tard le 31 décembre prochain, soit moins de 50 jours comme le rappelle le Mouvement Martin Luther King dans un communiqué.

Selon le Pasteur Edoh Komi, la prestation du ministre Gnofam s’apparente plutôt à une déclaration de bonnes intentions sans toute autre forme de procédure pragmatique pouvant soulager les populations, alors que le contribuable a déjà décaissé 26 milliards, une somme faramineuse dont l’entreprise CECO BTP a fait usage rien que pour garnir son parking.

C’est d’ailleurs en défenseur de l’entreprise du marianiste Constantin Amouzou, que le ministre des Infrastructure s’est vue obliger d’émettre une irréalisable promesse.

Le tronçon Lomé-Vogan-Anfoin est aujourd’hui dans un état indescriptible. Preuve qu’on ne peut y entamer des travaux et les achever avant le 31 Décembre prochain. Si seulement les travaux avait démarré !

Tous les feux sont verts, pour que Ninsao Gnofam passe en N°1 sur la liste des « Menteurs de l’année 2016» dans le gouvernement de Faure Gnassingbé.

« Le MMLK regrette malheureusement que cette voie abandonnée par le ministre Gnofam, continue par faire des milliers de victimes parmi les populations, due à l’insécurité qu’elle occasionne au quotidien ».

A. Lemou

icilome.com