TOGO : Lettre du Chef de File de l’Opposition à la Présidente de la Commission de Réflexion sur les Réformes Politiques, Institutionnelles et Constitutionnelles

81
Le Président National  de l’ANC

Chef de file de l’opposition

 

N° 17-028/ANC/ PN-SG

 

A

Madame la Présidente

de la Commission de Réflexion sur les Réformes Politiques,

Institutionnelles et Constitutionnelles

Lomé

 

Madame la Présidente,

Par lettre en date du 19 janvier 2017, vous avez sollicité une rencontre entre la ‘’Commission de Réflexion sur les Réformes Politiques, Institutionnelles et Constitutionnelles’’ et le ‘’Président de l’ANC, Chef de File de l’opposition’’. J’y ai répondu favorablement et cette rencontre m’a donné l’opportunité de vous réitérer, de vive voix, la position que je vous ai exprimée, à maintes reprises, par courrier, sur la problématique des réformes politiques dans notre pays le Togo.

Je suis donc surpris de constater que dans votre lettre de remerciement du 09 février 2017 qui fait suite à nos entretiens du 07 Février 2017, vous prenez la liberté de ‘’formuler le vœu de continuer à compter sur [mon] soutien…’’. Je veux encore une fois être clair et sans équivoque : je ne soutiens nullement ni votre ‘’commission’’ ni votre démarche parce qu’elles sont contraires à l’esprit et à la lettre de l’Accord Politique Global (APG). C’est le lieu de vous rappeler les différents points ainsi que les positions qui sont les nôtres, que j’ai pris soin d’expliquer et d’argumenter longuement et que vous avez, avec mon accord, enregistrées :

  • Nous vous avons d’abord avoué nos hésitations entre, ne pas vous recevoir, vous recevoir seule en tant que Présidente du HCRRUN, et recevoir votre délégation. Tout simplement parce que nous ne reconnaissons pas cette ‘’commission’’ qui, à notre sens, a pour mission d’œuvrer à l’enterrement pur et simple de l’APG. En effet, c’est l’autorité qui vous a nommée, qui refuse d’honorer sa signature, ses engagements. Par conséquent, votre ‘’commission’’ n’a aucune légitimité et ne peut inspirer confiance.
  • Nous vous avons ensuite rappelé les circonstances dans lesquelles l’APG a été signé il y a onze ans, suite au drame que notre pays a connu en 2005, avec un holdup up électoral sanglant, dont une mission des Nations Unies a évalué le bilan à environ 500 morts. Lors du dialogue inter togolais qui a abouti à l’APG, l’opposition a fait beaucoup de concessions afin que notre pays connaisse un début de démocratisation. Malheureusement, le parti au pouvoir refuse obstinément de mettre en œuvre l’APG qui a suscité et qui suscite encore beaucoup d’espoir dans notre pays.
  • L’essentiel de nos discussions a porté sur la mise en œuvre des réformes institutionnelles, constitutionnelles et électorales, dans le respect scrupuleux de l’esprit et de la lettre de l’APG, à savoir la recherche du consensus dans le cadre d’un dialogue pouvoir-opposition. En effet, l’APG prescrit le consensus et donne en détails les réformes à entreprendre. Pour nous, donc, aucune commission, aucun atelier ou groupe d’experts ne peut se substituer à ce que nous avons, ensemble, décidé lors de la signature de l’APG. Il appartient à chaque partie prenante à cet accord et, notamment, à M. Faure Gnassingbé de respecter sa signature.
  • Nous avons fermement condamné les modifications unilatéralement introduites en décembre 2002 dans la Constitution de notre pays par le RPT, en réponse à un de vos collègues qui les soutenait parce que légalement opérées selon lui. Car, à notre sens, s’agissant de modifications constitutionnelles dans l’organisation ou la dévolution du pouvoir, la légalité seule ne suffit pas, il faut rechercher le consensus. Ce qui n’a pas été le cas en 2002. L’exemple du Burkina, où le Président Blaise Compaoré, bien que disposant de la majorité parlementaire requise pour modifier la Constitution, en a été empêché parce que sa modification ne recueillait pas le consensus, devrait nous édifier.
  • Nous avons saisi l’occasion pour vous rappeler, le contenu de la lettre que j’ai adressée au Chef de l’Etat, le 13 janvier dernier, dans laquelle je lui faisais part de l’état désastreux et inopérant de nos institutions, et de la nécessité de rapporter la création de votre commission et de rechercher, avec l’opposition, les voies et moyens pour la mise en œuvre de l’APG.

Enfin, pour que  vous compreniez bien ce que nous pensons de votre démarche, nous avons conclu par une appréciation du rôle et de la responsabilité des élites africaines et togolaises dans la situation catastrophique de l’Afrique et du Togo après près de soixante années d’indépendance. En effet, les élites africaines ont détruit l’Afrique. Elles ont soutenu les coups d’Etat militaires, elles ont théorisé et soutenu le parti unique, le parti-Etat, la dictature. Par leur capacité à prétendre argumenter sur tout pour justifier l’injustifiable, pour leur seul intérêt, elles ont entraîné l’Afrique dans le gouffre. Elles ont soutenu les ‘’hommes forts’’ pour participer à la nouvelle classe politique en remplacement de la classe politique qui a lutté pour les indépendances et que ces ‘’hommes forts’’ ont décapitée.

Après ce qui précède, vous ne pouvez pas, sérieusement, prétendre ni même insinuer que j’apporte ou continue d’apporter un quelconque soutien à votre démarche. Je ne puis, à l’évidence, à la fois remettre en cause la mise en place de votre ‘’commission’’ et soutenir votre démarche !

Vous ferez œuvre salutaire et patriotique en retournant au Chef de l’Etat pour lui rendre votre tablier et pour lui demander de rechercher avec l’opposition, les voies d’un dialogue qui permette la mise en œuvre consensuelle de l’APG.

Veuillez agréer, Madame la Présidente, les assurances de ma considération distinguée.

 

Jean-Pierre Fabre
ANC TOGO

Togosite.com