Togo : Le centre-ville de Lomé militarisé, pour le machin « Sommet sur la sécurité maritime »

472

A six semaines du fameux sommet sur la sécurité maritime de Faure Gnassingbé, le pouvoir militarise le centre-ville. Les usagers des abords du quartier administratif ont été témoin d’une sorte de démonstration la semaine dernière.

Togo : Le centre-ville de Lomé militarisé, pour le machin « Sommet sur la sécurité maritime »

« A cette allure, on risque de nous contraindre tous à nous cacher tous sous le lit pendant leur conférence », a lancé jeudi dernier un usager du boulevard du 13 janvier, face au dispositif de sécurité déployé. En effet, depuis plusieurs jours, la circulation au centre-ville de Lomé est sensiblement perturbée. Depuis les alentours de la Banque Populaire (Ex-Caisse d’Epargne) jusqu’à Kodjoviakopé, toutes les rues pouvant mener vers le quartier administratif sont truffées des barrières policières ou militaires.

En l’absence du moindre communiqué pour situer l’opinion, les usagers de ces artères sont surpris de ces multiples barrières qui créent un encombrement de la circulation dans le secteur vu qu’une bonne partie de trafic routier de la capitale se déroule dans cette zone qui abrite deux centres d’attraction majeurs de la capitale que sont le grand marché et le quartier administratif.

Tous ceux qui sont amenés à se rendre dans la zone soit pour se faire établir un document ou pour s’offrir un service public sont soumis à des fouilles ou des interrogatoires musclés. Pire, si votre destination est l’Hôtel Radison Blu, soit pour un rendez-vous ou pour rencontrer un client dudit établissement, vous êtes soumis à une série de tracasseries qui peuvent vous enlever l’envie de continuer. Nous sommes pourtant à plus d’un mois de la fameuse conférence et déjà, la zone en question est soumise à une surveillance comme celle d’une zone militaire.

Autant au sein des usagers de ce secteur stratégique de la capitale qu’au sein des riverains, l’inquiétude commence par monter. Habitués aux brimades, brutalités et abus de toutes sortes des forces de police et de l’armée, les citoyens se demandent à quelle sauce ils seront mangés avant et pendant cette fameuse conférence dont Faure Gnassingbé, en personne, en fait une préoccupation personnelle en vue de cirer son image au niveau international.

La fébrilité dont fait preuve le régime Gnassingbé montre clairement que pour lui, l’enjeu de ce sommet va au-delà de la thématique de la sécurité maritime. Mais ce thème ne sert que d’alibi pour le régime pour s’attirer les regards bienveillants de la communauté internationale. On voit bien que le régime n’hésite pas à y mettre de moyens importants, malgré la délicatesse de l’état de nos ressources.

Hanté par les deux premiers reports de cette conférence et aussi par l’annulation de la grande cérémonie d’investiture, Faure Gnassingbé et les siens redoutent que la conférence et surtout le sommet en vue ne connaissent un sort similaire. D’où la fébrilité que manifeste le gouvernement depuis un temps. Le report de la rentrée n’en est qu’une preuve. Idem pour la débauche de milliards qui s’effectue sous les yeux des Togolais, comme pour dire, « c’est l’occasion de prendre une bonne revanche sur les échecs répétitifs du début du 3e mandat ». Tant pis pour les libertés des citoyens !

Mensah K., L’Alternative No. 552 du 06 Septembre 2016

27Avril.com