Togo : La grippe aviaire ne concerne pas tout le monde. Apparemment.

121

Depuis que l’annonce a été faite par le gouvernement  qu’il y a des cas suspects du virus H5N1 responsable de la grippe aviaire dans les préfectures du Golfe et d’Agoè-nyivé, les populations, en bons observateurs guettent les actions du gouvernement. Adidogomé et Adétikopé ont été cités pour en être les foyers et mis en « cinquantaine », en quarantaine. Après, on nous apprend que plus de 11.000 volailles ont été abattues et des opérations de désinfection et de prélèvement ont été menées sur les marchés de Abattoir, Gbossimé, Adidogomé et Adétikopé.

Togo : La grippe aviaire ne concerne pas tout le monde. Apparemment.

Ce n’est pas fini. Le ministre de l’Agriculture, Ouro-Koura Agadazique a indiqué vendredi dernier que  les deux foyers d’infection à la grippe aviaire sont sous contrôle. « La situation n’est pas alarmante. Avec la qualité des services sanitaires techniques,  la situation est sur le point d’être maitrisée. La grippe étant pathogène et contaminable à l’homme, des  mesures idoines ont été mises en place avec des structures en charge de la santé publique. Celles-ci auront pour mission la surveillance des cités localisées pour une prise en charge rapide des personnes développant les symptômes de la grippe aviaire a-t-il rassuré.

Youpii, devraient normalement crier les consommateurs du poulet debout, mais non. Avec ces informations, certains ne savent plus s’ils doivent consommer le  poulet ou le bannir complètement de leur alimentation jusqu’à nouvel ordre. On se connait trop bien dans ce rectangle de pays. Le gouvernement a annoncé  que les deux zones sont en quarantaine et que les ventes et le déplacement de volailles sont strictement interdits pendant un mois dans ces deux préfectures.  Seulement, on ne remarque véritablement « rignin » sur le terrain. Dans les marchés, les poulets continuent d’attendre docilement dans les cages pour être achetés et consommés sans aucune pression. Ceux qui sont habitués à manger des sauces sans obstacles se disent ne pas être concernés par cette histoire de grippe aviaire, car ne consommant d’ailleurs la viande de poulet qu’une seule fois dans l’année, le 1er janvier. De plus, c’est du poulet congelé de provenance douteuse. Grippe aviaire ou pas, cela ne concerne pas tout le monde. On n’a pas les mêmes problèmes au même moment, n’est-ce pas ?

Source : Liberté

27Avril.com