Togo, Foncier : « Haute » tension à Yohonou-Koumakocopé. Les habitants s’opposent à l’usurpation de leurs terres par l’État.

18

Yohonou-Koumakocopé est un village situé à quelques encablures de la nouvelle présidence de la République du Togo. Hier mercredi 23 novembre 2016, les habitants dudit village se sont regroupés sur la place publique comme c’est le cas lorsqu’il y a un grand évènement ou l’annonce d’une importante nouvelle aux villageois. Au menu des discussions, la volonté délibérée des autorités gouvernementales togolaises de faire mains basses sur le reste des terres de ces populations Bè de Yohonou-Koumakocopé.

Très vite, la tension est montée d’un cran à travers les prises de paroles de certains villageois. « Cette fois-ci, c’est avec des coupe-coupe que nous les accueillerons », « On n’est fatigué de ces autorités-là », « Il faut que Faure parle à ceux qui viennent nous déranger ici ». Ce sont-là quelques propos recueillis par l’équipe de « Gazette du Togo » qui s’est rendue sur les lieux.  Des témoignages recueillis, il ressort que c’est depuis 1977 que les autorités togolaises ont pris langue avec les autochtones dudit village. Il a donc été décidé que les propriétaires terriens occupent 50% des terres. Les 50% restants, seront exploités par le gouvernement togolais. Ce que les propriétaires terriens n’ont pas rejeté. Alors que cette décision, à en croire les propriétaires terriens présents ce jour-là à la rencontre avec les autorités gouvernementales, frisait une imposition qui émanait des dirigeants togolais.

« Nous ne l’avons refusé. Mais contre toute attente, les autorités togolaises qui ont pris la décision qu’elles nous ont imposée, après avoir exploité leur 50% reviennent encore usurper les nôtres. Nous leur avions indiqué que cette manière de faire n’est bonne. Que cela est injuste mais nous avons remarqué qu’elles ont préféré aller par la force. Nous n’allons pas accepter cela », indiquait très remonté le mandataire des terres des populations de Yohonou-Koumakocopé.

Le problème foncier au Togo est devenu une arrête dans la gorge du gouvernement en place qui paradoxalement a axé son programme de politique générale sur le social. Ce qui veut dire que dans le jargon des dirigeants togolais, « mandat social » veut dire soumettre la population, augmenter les prix de premières nécessité pendant que le même gouvernement refuse d’augmenter les salaires des travailleurs ou de prendre des mesures en subventionnant certains produits pour alléger la souffrance des populations. « Mandat social », une farce qui ne dit pas son nom dans un pays où le premier dirigeant se pointe se devant l’opinion publique pour dire à qui veut l’entendre que c’est une minorité qui profite des richesses du pays au cours de son mandat social. Irresponsabilité ou incompétence ! Après des décisions injustes et iniques qui ont créé la misère et la désolation dans le pays, le gouvernement de Faure GNASSINGBE opte pour l’usurpation et la spoliation des terres de ses concitoyens. Du cynisme déguisé en mandat social oui !

Voici les témoignages des propriétaires terriens. Voir plus de vidéos sur notre compte youtube.

Source : [24/11/2016] Idelphonse Akpaki, La Gazette du Togo

27Avril.com