Togo : Faure Gnassingbé, en quête de leadership

35

« Qui ne pratique la vertu que dans l’espérance d’acquérir une grande renommée est bien près du vice » – Napoléon Bonaparte

Le jeune président ne perd pas de temps. A peine les lambris se sont-ils éteints sur le sommet sur la sécurité maritime que Faure Gnassingbé annonce le la pour une autre conférence non moins importante : le premier sommet Israël-Afrique sur la sécurité et le développement que le Togo se prépare à abriter l’année prochaine. Redorer l’image du Togo sur la scène internationale en renouant avec la tradition de terre de rencontres internationales, telle est la nouvelle ambition de Faure Gnassingbé.

Togo : Faure Gnassingbé, en quête de leadership

Le gouvernement continue de savourer le brillant « succès » de la conférence sur la sécurité maritime. « Le chef du gouvernement a adressé, au nom du conseil toute son admiration au président de la République pour le succès éclatant qu’a connu le sommet extraordinaire des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union Africaine sur la sécurité et la sûreté maritimes et le développement en Afrique. Succès unanimement salué par tous les participants. Ce succès met en évidence le leadership du chef de l’Etat et honore notre pays et le continent africain », lit-on dans le conseil du 20 octobre 2010.

Bien que d’énormes ressources financières du pays aient été mobilisées, ce sommet sur la sécurité maritime est transformé en un succès diplomatique personnel de Faure Gnassingbé, comme le souligne le conseil des ministres, donnant ainsi raison à ceux qui pensent que les autorités togolaises se sont battues pour obtenir la tenue de ce sommet essentiellement pour s’assurer d’une légitimité à l’international ou encore  que ce rendez-vous international est une opération de marketing politique inutile.

Dans la dynamique de leadership que Faure Gnassingbé incarnerait sur le continent, il lance déjà les amarres pour un autre sommet qui lui consacrerait un nouveau succès éclatant. Pour bien préparer le sommet israélo-africain, l’armée de terre a changé de commandement. Le Colonel Kpatcha Sogoyou en est désormais le nouveau patron. Cette conférence permettra non seulement à l’Etat hébreu d’affermir ses positions stratégiques en Afrique et renforcer sa coopération avec le continent noir, mais aussi au Togo d’asseoir une certaine notoriété.

En se proposant d’organiser le premier sommet Israël-Afrique, le Togo ne risque-t-il pas de se mettre à dos certains pays arabes ? On se rappelle, le Togo qui n’est pas un pays islamique, a eu la curieuse idée d’adhérer à la coalition islamique de lutte contre le terrorisme, conduite par l’Arabie Saoudite. Les pays membres ont convenu de la formation d’une alliance militaire conduite par l’Arabie saoudite pour combattre le terrorisme avec un centre commun d’opérations basé à Ryad afin de coordonner et soutenir les opérations militaires.

Dans cette coalition se trouvent des pays qui sont des ennemis jurés de l’Israël. Ce sommet risque de ne pas leur plaire. Certains observateurs avaient trouvé l’adhésion du Togo à cette coalition très opportuniste afin de pouvoir bénéficier des pétrodollars de l’Arabie Saoudite. En tout cas, le Togo de Faure Gnassingbé ayant la singularité de cueillir à la fois les fruits mûrs et les moins mûrs, il n’est pas exclu, connaissant nos dirigeants, si la proposition leur est faite, d’accepter d’accueillir un sommet de cette coalition islamique de lutte contre le terrorisme à Lomé.

Pourvu que cette manie qu’a Faure Gnassingbé d’être dans toutes les sauces, ne se retourne pas contre lui, ou notre pays…

Source : Médard Amétépé, Liberté

27Avril.com