Togo : Embourbé jusqu’au cou dans le Wacemgate, le PM Sélom Komi Klassou « kidnappe » Agbogbozan pour faire le culte de Faure Gnassingbé. Chuan !

90

Le grand peuple éwé du Togo, du Bénin, du Ghana et ailleurs ont célébré leur fête Agbogbozan le samedi dernier à Notsè sous le thème « Célébrer les valeurs traditionnelles pour promouvoir la cohésion sociale et la diversité culturelle ». La fête a été rehaussée par la présence du Premier ministre Selom Klassou par ailleurs député de Haho avant d’être parachuté à la primature.

Togo : Embourbé jusqu’au cou dans le Wacemgate, le PM Sélom Komi Klassou « kidnappe » Agbogbozan pour faire le culte de Faure Gnassingbé. Chuan !

Impliqué dans le scandale d’évasion fiscale à WACEM comme l’un des actionnaires togolais, M. Klassou a profité de la tribune d’Agbogbozan pour délivrer l’un de ses discours louangeurs au régime cinquantenaire. Ce qui a le plus attiré l’attention des uns et des autres est ceci « le peuple éwé exprime sa déférente gratitude au président de la République son excellence Faure Essozimna Gnassingbé pour le Programme d’Urgence de Développement Communautaire (PUDC) ».

Ce message figure sur une banderole de la 60ème édition de cette fête traditionnelle. Beaucoup étaient surpris de voir un message de ce genre et la question évidente qui se pose est de savoir le lien du PUDC avec une fête traditionnelle des éwé. Très vite, il revient qu’il s’agit de la politisation habituelle des fêtes traditionnelles au Togo.

A défaut des bagarres et gaz lacrymogènes à Glidji lors de la prise de la pierre sacrée, le garçon de course de Faure Gnassingbé pour conserver ses privilèges, politise et dénature la fête de ses tantes et oncles. Figurez-vous que Klassou dont le père est d’Agou n’y est visible à aucune manifestation. Il préfère Notsè, la localité de sa mère pour foutre le bordel.

Si on était dans un pays normal, cet ancien liseur de motion à Lomé 2 doit être démissionné au lendemain des révélations troublantes de Panama Papers sur l’évasion fiscale à WACEM. Des milliers de Togolais sont maltraités dans cette usine à Tabligbo au quotidien. D’autres sont tués au détour des accidents.

Il est temps que les laudateurs et profiteurs de la dynastie des Gnassingbé cessent de déformer les fêtes traditionnelles au Togo.

Source :  Le Correcteur

27Avril.com