Togo: Ces voitures «Agbaté» qui effraient sur des routes

26

Le minibus en circulation (ph M.KOACI) 

Samedi 26 Novembre 2016 – Le problème de surcharge de certaines voitures commerciales au Togo tant en passagers qu’en bagages continue d’être une source d’inquiétude sur les routes du pays.

En plein centre-ville et plus précisément au carrefour GTA à Lomé, KOACI a pu observer le jeudi dernier le passage d’un minibus, d’abord surchargé en passagers à l’intérieur et ensuite en bagages à l’extérieur sur le capot. Le tout a donné à l’engin roulant une hauteur très élevée et son mouvement vers l’avant inquiétait les autres usagers automobiles qui étaient derrière.

A observer de près ce minibus surchargé en bagages (Agbaté, en langue locale Ewé) qui a pris la direction d’Agoè, donc vers le nord pays, la vitesse avec laquelle il roulait et son ralentissement constituaient un problème pour son équilibre sur la route.

Sans que nous sachions si le chargement du véhicule était un déménagement à voir les objets qui étaient attachés au-dessus de la voiture, il y a lieu cependant de déplorer la hauteur des bagages comparée à celle de la voiture elle-même. Le fait banal à relever autour de ce minibus est que les autres usagers qui suivaient son mouvement ont certainement du mal à se rapprocher de lui par précaution, car le défaut de son équilibre faisait craindre un accident.

Devant ce fait, il urge de rappeler à l’attention des agents de contrôles routiers a encore redoubler d’effort pour le noble travail qu’ils font déjà pour règlementer la circulation et contrôler les engins mais aussi à sortir sur les routes aux heures de moindres affluences car très souvent c’est à ces heures que les véhicules en infraction choisissent pour se lancer dans la circulation.

En ce qui concerne les surcharges, soulignons que les minibus de 15 places se retrouvent souvent avec 20 passagers. Si les raisons qui motivent des transporteurs des voitures commerciales à surcharger les passagers et à prendre des bagages plus que prévus pour le poids de leurs voitures s’expliquent par la nécessité de réaliser des revenus en fin de journée, il y a lieu d’appeler tous à collaborer pour que ce genre de pratique cesse.

Si les autorités jouent leur partition en défendant la surcharge des véhicules, il revient aux passagers eux-mêmes d’éviter de s’entasser dans des voitures déjà pleines. Pour se faire, en raison du point qu’ils veulent rallier, ils ont l’obligation de venir tôt à la gare routière pour embarquer et non rester aux abords des routes pour faire des auto-stop. C’est en procédant de la sorte que des pratiques tentatives de corruption des agents de sécurités pourront cesser.

Enfin, si les surcharges des véhicules commerciales sont à dénoncer, il ne faut pas non plus passer sous silence des camions gros porteurs qui eux aussi chargent souvent à l’extrême et n’arrivent malheureusement pas des fois à destination.

Mensah, Lomé

– Joindre la rédaction togolaise de koaci.com à Lomé: (+228) 98 95 28 38 ou [email protected]

Koaci.com