Togo : Bernadette Légzim-Balouki serait une « sans cœur »

111

Cette façon de percevoir la ministre du Tourisme, Bernadette Légzim-Balouki,  n’est pas notre analyse, mais plutôt celle des employés de l’hôtel de la Paix. Il était prévu une manifestation pacifique devant conduire ces employés du ministère du Tourisme à celui du Commerce où siège la ministre en charge de ces secteurs. Mais on apprend que mardi soir, des émissaires du ministre de l’Administration territoriale ont rencontré les organisateurs afin qu’ils revoient l’itinéraire qui ne devrait pas dépasser 1 km.

Togo : Bernadette Légzim-Balouki serait une « sans cœur »

Et ce n’est pas fini, puisque hier matin, on apprend que le ministre Payadowa Boukpessi est venu rencontrer les employés dont certains ont quitté Adetikopé pour rallier le point de départ de la marche au sein du ministère du Tourisme. Mais à aucun moment, la ministre n’a daigné venir rencontrer ses collaborateurs. Et c’est ce dédain qui a le plus horripilé ceux-ci.

Sans vouloir verser dans un ethnocentrisme qui ne nous ressemble pas, il est bon de rappeler que la plupart des employés sont originaires du septentrion, tout comme la ministre. Une situation que trop peu d’employés comprennent. Le côté « sans cœur » de la ministre vient de là. Parce que depuis sa nomination comme la chargée du secteur touristique, elle n’a jamais pris la peine d’échanger avec ses collaborateurs. C’est à croire que ceux-ci sont porteurs de la peste. « Jamais, depuis le passage des ministres à la tête du Tourisme, nous n’avons connu pareille calamité », ont fait remarquer certains employés.

A notre avis, nous pensons que si la situation devrait permettre à la tête de se lécher les doigts, elle prendrait la peine de remuer le cul pour qu’une solution raisonnable soit trouvée. Comme lorsqu’il s’était agi de signer le document autorisant la mise en route du guichet unique pour le commerce extérieur. Les informations avaient fait état de ce que des trois ministres qui devraient signer, seule celle du Commerce se serait exécutée et il aurait fallu que les responsables du guichet « lubrifient » des doigts avant que les trois signatures ne soient réunies. En temps normal, si elle n’avait pas aussi trouvé son compte, certainement qu’elle aurait fait un rapport fidèle au chef de l’Etat. Mais le silence gardé à ce jour indique à n’en pas douter que les intéressements lui seraient aussi parvenus. Qui a dit que la majorité des ministres ne sont pas des « intéressés » ?

Soit dit en passant, la gendarmerie et la police ont été déployées pour empêcher les survivants de l’hôtel de la Paix de marcher pour remettre leurs revendications à la ministre. Même les personnes âgées n’ont plus le droit de se réunir au Togo pour réclamer leurs droits. Triste pays !

Source : Liberté

27Avril.com