SOTOCO : La suite de la plainte des licenciés de 2009

22

La Société togolaise de coton (SOTOCO) est l’émanation de l’ancien chef de l’Etat Gnassingbé Eyadéma. Elle est créée par décret en mars 1974 avec un capital de 2 milliards 200 millions FCFA. Un millier de personnes y travaillaient.

La gestion hasardeuse ayant pris le pas sur le rationnel, la Société togolaise de coton est tombée dans une crise. En 2009, le gouvernement, au cours d’un Conseil des ministres, a décidé de redresser et de restructurer la boîte. La SOTOCO change ainsi de nom et devient la Nouvelle société cotonnière du Togo (NSCT).

La dissolution de l’ancienne société engendre des licenciements. Les 545 employés qui se retrouvent du jour au lendemain en chômage sont dédommagés. Mais partiellement, précisent les licenciés. Ils décident d’ester en Justice en 2010.

« Après six ans de procès, le délibéré prononcé le 17 Mai 2016 déboute l’employeur SOTOCO et le condamne à payer le droit à des ex-agents », rappelle le confrère The Guardian dans son N°29. Depuis lors, les licenciés attendent leurs compensations sans suite.

Selon le journal qui a contacté Kossi Konou, le liquidateur, celui-ci lui répond qu’il appartient au Trésor public de payer « les dettes de la liquidation ». Une autre source révèle que « la NSCT ne répond en rien du passif de la SOTOCO ».

Pendant ce temps, dans le rang des licenciés, il y a déjà 40 décès, plusieurs malades dont des cas graves, décompte le confrère.

A.H.

icilome.com