Sommet sur la sécurité maritime : Ce qui intéresse les populations selon Ayao Amoussou-Kpéto

87

Analyste économique et également ancien directeur général adjoint de la CEET, Ayao Amoussou-Kpéto diagnostique le sommet sur la sécurité et la sûreté maritimes et le développement en Afrique qu’abrite le Togo actuellement en insistant sur les aspects qui intéressent les populations.

Selon lui, Les Togolais attendent de ce rendez-vous de l’Union africaine les retombées sociales, environnementales et économiques, notamment, égrène-t-t-il, « la lutte pour préserver la faune et la flore marines, la lutte contre l’érosion côtière, la mise en œuvre des énergies inépuisables et prévisibles dont regorgent les océans, des ports de pêche modernes ».

Le sommet doit aussi décider du remplacement des « bateaux en bois par des bateaux à coque en acier pour la sécurité des petits pêcheurs, une flotte, et toutes les infrastructures portuaires », souhaite l’ancien directeur général adjoint de la CEET.

En économiste averti, Ayao Amoussou-Kpéto alerte qu’il ne faut pas que la lutte contre la piraterie maritime engloutisse les ressources nationales, mais qu’elle soit prise en charge par les pays exportateurs vers l’Afrique, les armateurs, les affreteurs, les commissionnaires de transport, les terminal operators, les assureurs et les chambres de commerce et d’industrie.

A.H.

icilome.com