Sommet de Lomé : Faure aurait-il ainsi réussi son pari?

209

Après délibération favorable des Chefs d’Etats, on peut dorénavant parler de la Charte de l’Union Africaine sur la sureté et la sécurité maritimes, ou encore la Charte de Lomé.

Faure Gnassingbé aura ainsi gravé son nom, comme ce fut le cas du feu Gnassingbé Eyadema, dans l’histoire de l’Afrique. Un texte sur l’échelle continentale qui se veut désormais, le seul instrument juridique et contraignant en matière sécurité maritime et de développement de l’économie bleue.

Comme toute œuvre humaine, il a fallu des péripéties qui n’ont su contraindre les organisateurs à la démission. Il va sans dire que le ministre togolais des Affaires étrangères, de la Coopération et de l’Intégration africaine, le professeur Robert Dussey a également joué sa partition pour faire de ce lourd défi diplomatique, un actif pour le compte du gouvernement togolais.

Bien entendu, les pros et les antis sommet de Lomé ont encore du travail en avant. Les uns voudront montrer que c’était une mascarade, une pure gabegie ; et les autres qu’à travers leur initiative, le Togo gagne en notoriété, mais surtout dans une optique géo-économique sur l’échiquier mondial.

De toute évidence, ce sera de bonne guerre, tant que le débat restera élevé car, chacun voudra travailler davantage dans sa vision et par ricochet, c’est tout le Togo qui avancera.

Les chefs d’Etats reprennent progressivement la voie du retour, ainsi que les délégations internationales. A Radisson Blu 2 Février de Lomé, c’est l’heure de remballer les choses.

Bientôt, Lomé redeviendra elle-même, débarrassée des barrages sécuritaires très peu appréciés par les usagers de la route et la vie pourra reprendre son cours.

les profiteurs aussi en ont profité, mais il y en a sûrement qui y ont mis de leur bonne foi, et donné le meilleur d’eux-mêmes.

Services de sécurités, restaurateurs, médias, protocoles, ministres et membres du gouvernement… tout le monde aura eu sa petite aventure, bonne ou mauvaise, qui sera quand même inscrite sur le tableau de l’expérience, probablement au bonheur du prochain Sommet Afrique-Israël que Lomé compte abriter en 2017.

A.L

icilome.com