SCAPE: le gouvernement se félicite du bilan de 2015, les PTF relèvent des insuffisances Featured

17

Le Conseil national de pilotage des politiques de développement a tenu mardi la revue annuelle conjointe de mise en œuvre en 2015 de la SCAPE. Le Conseil a été présidé par le Premier ministre, Selom Klassou en présence de plusieurs membres du gouvernement. 

Selon le rapport présenté, on note pour l’année 2015, une stabilisation du cadre macroéconomique  avec un taux  de croissance de 5,3%. Le taux d’inflation a été maitrisé à 1,8% en dessous du seuil communautaire (3%). De même, l’indice de la pauvreté a baissé pendant que des milliers d’emplois ont été créés dans le secteur artisanal. 

Par ailleurs, la relance du secteur agricole favorise une couverture nationale de près de 149%. On note également que 7,14% de la population a accès à l’internet haut-débit, un doublement par rapport à 2014.

Selom Klassou annonce que son gouvernement s’engage à produire une croissance durable et soutenue pour le développement du Togo à l’horizon 2030.

En ce qui concerne les élections locales, le chef du gouvernement annonce que des préalables seront remplis avant leur organisation. Le pays avance vers la gouvernance locale a-t-il dit.

Le Secteur privé et la Société civile se prononcent 

Saluant les résultats atteints dans le cadre de la mise en œuvre de la SCAPE en 2015, le secteur privé togolais appelle à poursuivre la mise en œuvre du Programme d’urgence de développement communautaire (PUDC) et à la poursuite de la mise en œuvre de la feuille de route de la décentralisation et des élections locales. 

Les chefs d’entreprises appellent le gouvernement à améliorer les efforts dans les secteurs sanitaire et éducatif et préconisent un renforcement de la sécurité routière. Le secteur privé appelle à la diminution des taux de fiscalité et à l’élargissement de l’assiette fiscale.

Les opérateurs économiques déplorent l’insuffisance et la cherté de la communication au Togo. Ils regrettent également l’abandon de l’attribution d’une 3e licence dans le secteur.

De son côté, la société civile togolaise relève les mêmes points, appelle à faire des efforts dans la mobilisation des ressources et demande à intensifier les efforts dans le domaine de la santé et de l’éducation, de l’emploi, de la desserte en eau, du dialogue, de la réconciliation, etc.

Les PTF saluent les efforts, relèvent des insuffisances et recommandent

Les partenaires techniques et financiers se félicitent du maintien de la croissance à plus de 5% avec une maîtrise de l’inflation, la diminution de la pauvreté et l’évolution de l’indice de développement.

Toutefois, ils disent constater un ralentissement des réformes dans les ministères et regrettent un faible taux de financement des secteurs de la santé, de l’éducation et de l’agriculture dont les niveaux sont en deçà des engagements pris aux niveaux continental et régional. Ils encouragent la matérialisation de l’agenda social du quinquennat en cours avec la mise en œuvre du Pudc.

Les partenaires du Togo notent la persistance de la pauvreté et des inégalités sociales malgré le recul constaté entre 2011 et 2015. Dans le même temps, ils déplorent le taux d’endettement élevé à plus de 75%.

Les PTF recommandent l’adoption des mesures pour contenir la dette publique, des efforts pour favoriser l’attraction des investissements privés, l’engagement des discussions avec le FMI pour la conclusion d’un accord. Ils appellent à l’élargissement de la base fiscale, la réforme du foncier pour la mobilisation des impôts. 

Khardiata Lo Ndiaye et ses collègues ont appelé à la mise en place des Partenariats Publics et Privés pour favoriser une croissance économique supérieure à plus de 7% en vue de l’atteinte des ODD.

Les partenaires tiennent également à la mise en œuvre de la feuille de route de la décentralisation devant aboutir aux élections locales, à l’amélioration du système de santé et de l’éducation, à l’adoption d’une politique énergétique en lien avec l’accord de Paris. Ils se disent prêts à accompagner la mise en œuvre des ODD.

La mise en œuvre de la SCAPE arrive à échéance en 2017 et laissera place au Plan national de développement en cours d’élaboration.

TogoBreakingNews.info