Revendications estudiantines : Sassou Satchivi de la LTDE dans le viseur

11

Sassou Satchivi, le président de la Ligue Togolaise des Droits des Etudiants (LTDE) et son secrétaire ont été interpellés mardi par la police et conduits au commissariat central de la ville de Lomé où ils ont été relâchés après (02) heures de garde à vue.

Cette arrestation fait suite à l’Assemblée générale (AG) consultative organisée par ce mouvement estudiantin le mercredi 23 Novembre dernier sur le campus de l’Université de Lomé. A ce jour, la LTDE aurait réussi à mobiliser plus de 500 étudiants (selon les responsables de ce mouvement) autour de deux principales plateformes revendicatives à savoir le versement des allocations de secours aux étudiants et la limitation du plafond des unités d’enseignement par année académique, passant de 70 à 80 crédits par an, selon le département au plafond de 60 à 65 unités crédits par an.

Les responsables de la LTDE soutiennent qu’au cours de leur AG, des hommes en tenues de police universitaires, mais jamais observés comme tel au sein de l’université se serait présentés sur les lieux de rassemblement, puis on commencé par poursuivre le président de la LTDE, l’étudiant Sassou Satchivi. Cependant, ce dernier aurait réussi à prendre la clé des champs, avec des blessures.

C’est donc hier, qu’il a été arrêté à la sortie sud de l’Université de Lomé (coté Adewui) avec son secrétaire général et conduits au commissariat central de la ville de Lomé. Selon la même source, il leur était reproché d’être instigateurs des violences enregistrées au cours de l’AG consultative du mercredi 23 Novembre sur le campus.

Satchivi et son collègue ont été libérés après environs 2 heures de garde à vue, suite à l’intervention du président de l’Université de Lomé, le professeur Dodji Kokoroko, a signalé la LTDE dans un communiqué.

Le mouvement estudiantin dénonce une emprise ouverte de certains « étudiants particuliers » contre les actions visant l’amélioration des conditions de vie et de travail dans les universités publiques du Togo.
« pourtant, la communauté des étudiants dans leur ensemble, saluent le travail de la LTDE qui, en si peu de temps, a été d’une ampleur indéniable dans la défense des droits de nos collègues », a martelé un des responsables.

A. Lemou

icilome.com