Qatar National Bank renforce son poids à Ecobank

10

Le groupe qatari a renoncé à un dividende plus élevé pour renforcer son influence au sein du conseil d’administration du groupe bancaire panafricain.

Deuxième actionnaire d’Ecobank Transnational incorporated (ETI) avec 18 % du capital ordinaire du groupe panafricain fin 2015, Qatar National Bank (QNB) convertit ses actions préférentielles en actions ordinaires. La décision du groupe qatari d’exercer ce droit a été annoncée par ETI le 28 novembre.

Détenue principalement par le fonds souverain Qatar Investment Authority, QNB était entré au capital d’Ecobank en septembre 2014, acquérant au total 23,4 % du groupe. Cette participation avait ensuite été diluée suite à la conversion en actions d’un prêt du sud-africain Nedbank, qui s’était ainsi hissé au rang de premier actionnaire d’ETI.

Concrètement, en convertissant ses actions préférentielles, QNB renonce à une rémunération plus importante. Pour ses 732,28 millions d’actions préférentielles, le groupe recevait chaque année 4 % de plus que le dividende par titre payé sur les actions préférentielles ou 4 % de plus que leur cours d’émission (0,103 dollar). De plus, ces versements étaient réalisés avant ceux sur les actions ordinaires et obligatoirement en dollars américains. Ces actions préférentielles ne donnent toutefois aucun droit de vote à ses titulaires.

Aussi, en les convertissant en actions ordinaires, QNB renforce sa participation au capital d’ETI qui grimpe à 20 % (à quasi-égalité avec le groupe sud-africain Nedbank) et la portée de son vote au conseil d’administration du groupe panafricain. Son représentant, Abdulla M. Al Khalifa, y détiendra désormais la même influence que Mfundo Nkuhlu, qui y siège au nom de Nedbank. Les autres principaux actionnaires du groupe coté à Abidjan et Lagos sont le fonds de pension sud-africain PIC (13,8 % à la fin 2015), la Société financière internationale (IFC ; 14,4 %, directement et à travers ses fonds) et le fonds de retraite du secteur public ghanéen SSNIT (4 %).

Basé à Lomé et dirigé depuis septembre 2015 par le Nigérian Ade Ayeyemi, Ecobank a distribué un dividende de 0,2 dollar par action en 2015. Ses revenus ont atteint 2,1 milliard de dollars l’année dernière, pour un bénéfice net de 107,5 millions de dollars. Présent dans 36 pays africains, son total de bilan a atteint 23,6 milliards de dollars fin 2015.

Jeune Afrique