Préfecture de Kloto : Les musulmanes saisissent Faure Gnassingbé sur la gestion des autorités administratives

22

Le 15 octobre dernier, l’Association des femmes musulmanes pour le développement social de la préfecture de Kloto a saisi Faure Gnassingbé par courrier sur la gestion de la localité par le préfet, le commissaire et le CB.

La longueur de la correspondance de cette structure féminine est à l’image des griefs portés contre les autorités administratives de la préfecture de Kloto. En effet, « la préfecture est loin d’être orthodoxe, sociale, humanitaire et on en pense jamais à la société », dénoncent ces femmes.

« Tout porte à croire que l’étiquette d’autorité dans le Kloto est une dignité personnelle qui se décline en un comportement pharaonique, antique, médiéval, aristocratique », accuse l’Association des femmes musulmanes pour le développement social.

Selon elle, « longtemps, la femme de la préfecture de Kloto et plus précisément « la femme musulmane » a gardé le silence par crainte d’être taxée de désobéissante ». Mais elle n’en peut plus et décide de rompre de crever l’abcès.

Dans leur courrier, elles pointent du doigt une gestion plus que hasardeuse de leur préfecture et réclament « rigoureusement » leurs droits.

Elles demandent à Faure Gnassingbé de prendre des mesures « urgentes au sujet de l’attitude du Prefet de Kloto, M.Bertin Koku Assan, du Commissaire SIMBOOU Aklasso et du CB de la ville de Kpalimé contre les Femmes musulmanes ».

A.H.

icilome.com